Un roi sans divertissement

by

de Jean Giono

 Le livre est parti parfaitement au hasard, sans aucun personnage. Le personnage était l’Arbre, le Hêtre. Le départ, brusquement, c’est la découverte d’un crime, d’un cadavre qui se trouva dans les branches de cet arbre. Il y eut d’abord l’Arbre, puis la victime, nous avons commencé par un être inanimé, suivi d’un cadavre, le cadavre a suscité l’assassin tout simplement, et après, l’assassin a suscité le justicier. C’était le roman du justicier que j’avais écrit. C’était celui-là que je voulais écrire, mais en partant d’un arbre qui n’avait rien à faire dans l’histoire.

Ce livre, j’ai été « obligée » de le lire par mon prof de français quand j’étais en Troisième… Ca commence à faire un bail (merci, oui je sais…)… Je me souviens que quand je l’ai lu, j’ai commencé par avoir du mal à rentrer dans l’histoire, puis j’ai été intriguée, puis j’ai apprécié sans plus (comme tout livre qu’on doit lire… ah ce qu’on est bête quand on est jeune, hein ???)… Et puis, on l’a étudié en classe… Je devrais dire disséqué, parce que ce prof de français, il y allait pas par 4 chemins dans les analyses de livres ! Et je l’ai relu, mieux compris et vraiment aimé…

L’histoire se passe dans les années 1840, dans le village de Chichiliane. Une série de meurtres a lieu pendant l’hiver. Langlois enquête sur ces disparitions, trouve le meurtrier qui est abattu. L’hiver suivant, de nouveaux évènements étranges ont lieu. Une chasse au loup est organisée.

Chaque série d’évènements est raconté par des narrateurs différents, des villageois qui ont vécu les évènements ou été en contact avec Langlois.

En fait ce livre est troublant par plein de côtés. Langlois est mystérieux, seul. Il s’ennuit, il est inquiétant, ses pensées sont inquiétantes. Il change… L’atmosphère est oppressante, l’hiver isole le village, il neige, la peur règne…

Il ne faut pas trop s’attacher à l’intrigue policière qui n’a finalement que peu d’importance (on connait d’ailleurs le meurtrier très tôt). C’est le personnage de Langlois qui est fascinant. Et les descriptions, les couleurs, le blanc de l’hiver dans les Alpes est omniprésent bien sûr et le rouge, de quelques gouttes de sang sur la neige… l’arbre du village…

« Un roi sans divertissement est un homme plein de misères »… Le titre est tronqué et tiré des Pensées de Pascal…   Hum hum, à méditer…

Un excellent livre, relu dernièrement avec beaucoup de plaisir.

Étiquettes : ,

2 Réponses to “Un roi sans divertissement”

  1. Aspare Says:

    J’ai moi aussi beaucoup aimé cette oeuvre… une atmosphère particulière, une intrigue prenante… Giono est l’un de mes auteurs favoris !

  2. Cath Says:

    Bienvenue au club🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :