God save la France

by

de Stephen Clarke

God save la France Stephen Clarke

Nom : Paul West. Age : 27 ans. Langue française : niveau très moyen. Fonction : jeune cadre dynamique promis à un grand avenir. Occupation : déjouer les pièges potentiellement désastreux du quotidien français. Hobbie : lingerie féminine. Signe particulier : Paul West serait le fruit d’un croisement génétique entre Hugh Grant et David Beckham. Jeune Britannique fraîchement débarqué à Paris, créateur, en Angleterre, de la fameuse enseigne Voulez-Vous Café Avec Moi, Paul a bien du mal à s’adapter au pays des suppositoires, des grèves improvisées et des déjections canines. Et il n’est pas au bout de ses surprises…

Je ne sais pas pourquoi j’ai relu ce bouquin… Disons qu’il m’est tombé dans les mains, que j’ai pensé ‘a Peter Mayle et à Une année en Provence que j’avais beaucoup aimé et que je me suis dit, allez pour me changer les idées, je vais me replonger dans la vision de la France par un Anglais plein d’humour…

Et bien disons le tout net, ma mémoire flanche, parce que j’avais déjà lu ce livre, déjà pas aimé et je ne me m’en souvenais même pas !

Je ne vais pas critiquer les observations de ce jeune anglais débarquant à Paris… Malheureusement pour mon pays et mes compatriotes, il y a une grande, que dis-je une énorme part de vérité… Mais je sature complètement sur la façon d’écrire tout ça… L’exagération à outrance m’ôte l’envie de rire, et c’est ce qui se passe dans ce livre…

Là où un Peter Mayle critique tout en délicatesse et subtilité, Clarke fait dans la grosse artillerie et avec un objectif quasi affiché de commercialisation outre-Manche… et franchement, ça ne passe pas pour moi. Quite à critiquer la France et les Français (et en bonne franchouillarde que je suis, je ne suis pas la dernière à le faire), autant le faire avec adresse et humour…

Alors ça m’aura occupé une soirée, et voilà un livre qui ne restera pas dans ma bibliothèque. A vrai dire, je ne sais pas pourquoi je l’ai gardé après la première lecture…

Étiquettes :

11 Réponses to “God save la France”

  1. Kikine/Carine Says:

    J’avais aimé mais sans plus « Une année en Provence » et celui-ci m’a moyennement plu. Je pense que j’ai trop lu sur ce thème surtout depuis que je suis au Québec te que les français sont taxés de « Maudits français »…

  2. petitepom Says:

    il traine dans ma biblio, livre offert l’année dernière mais tjrs pas lu

  3. Berlingotte Says:

    J’avais beaucoup aimé Une année en Provence aussi (moins les suivants de Mayle)…celui-ci ne me tente pas. Il fait trop caricature et, comme tu le dis, lieux communs.

    • Cath Says:

      Pour Peter Mayle, je suis d’accord aussi… Il a un peu trop exploité l’idée avec les suivants, mais Une année en Provence était vraiment bon😀

  4. Frankie Says:

    Je l’ai en anglais chez moi mais j’avais abandonné au bout de quelques chapitres. Je n’ai pas aimé sa façon de critiquer comme il le faisait même si certaines choses sont vraies. Mais un jour peut-être m’y remettrai-je !

  5. Evy Says:

    Contente de voir que je ne suis pas la seule à ne pas avoir aimé ! J’ai trouvé le roman poussif et franchement trop caricatural…dommage car les premiers chapitres étaient sympas !

  6. Audrey Fournier Says:

    Si tu as aimé ce genre de livre, je te conseille Les Français aussi ont un accent de Jean-Benoit Nadeau. Je suis aussi une Française expatriée au Québec, et la lecture de ce livre, en plus de m’avoir pas mal fait sourire, m’a appris beaucoup de choses à la fois sur les Français et les Québécois. J’avais noté pas mal de ce que soulève l’auteur, notamment en observant, mais j’avais parfois du mal à mettre des mots dessus, à me questionner sur le pourquoi du comment des comportements des uns et des autres. Il y a un passage qui me reste en mémoire. L’auteur raconte qu’il a été « choqué » de voir dans le sud de la France des enfants jouer au ballon au milieu de ruines d’une vieille arène. Et effectivement lorsqu’on veut faire du tourisme « historique » au Québec, c’est très limité. Leur histoire est récente, les ruines de châteaux ou d’abbayes qu’on peut visiter en France sont inexistantes de l’autre côté de l’Atlantique. Ce livre est très intéressant, et même si parfois il ne faut pas prendre pour argent comptant ce qui est dit (quelques propos sont discutables, mais ils sont minimes, je n’en ai malheureusement pas en tête), l’analyse n’en demeure pas moins intelligentes.

    • Cath Says:

      Je l’ai lu aussi… Disons que mon avis est plus mitigée… On rit bien par passage mais je ne suis pas une grande fan de ces critiques culturelles.. Certainement parce que ca me blesse un peu malgré tout😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :