Le goût des pépins de pomme

by

de Katharina Hagena

À la mort de Bertha, ses trois filles, Inga, Harriet et Christa, et sa petite-fille, Iris, la narratrice, se retrouvent dans leur maison de famille, à Bootshaven, dans le nord de l’Allemagne, pour la lecture du testament. A sa grande surprise, Iris hérite de la maison et doit décider en quelques jours de ce qu’elle va en faire. Bibliothécaire à Fribourg, elle n’envisage pas, dans un premier temps, de la conserver. Mais, à mesure qu’elle redécouvre chaque pièce, chaque parcelle du merveilleux jardin qui l’entoure, ses souvenirs se réveillent, reconstituant l’histoire émouvante, parfois rocambolesque, mais essentiellement tragique, de trois générations de femmes.
Katharina Hagena nous livre ici un grand roman sur le thème du souvenir et de l’oubli.

À la mort de Bertha, sa grand-mère, Iris revient au village de Bootshaven, dans le nord de l’Allemagne. Dans la maison où elle a passé ses étés de jeunesse, et dont elle hérite à sa grande surprise, Iris revivra la grande histoire de sa famille, de son grand-père, de sa grand-mère, celle de ses tantes et de sa mère, et la sienne aussi. Pour nous, elle détricotte ses souvenirs, et les crochette au fil du temps qui passe.

Un peu un conte, un peu une histoire simple, remplie de sentiments et de douceur, même dans le drame. Un très beau livre, de femmes (mais pas seulement).

4 Réponses to “Le goût des pépins de pomme”

  1. Cath Says:

    Merci Nuelle🙂
    Figure-toi que j’ai vu passer ce livre plusieurs fois sur la toile. Le titre est d’une douceur attirante… et la couverture tout autant🙂

  2. lisochka Says:

    Tout à fait d’accord. J’ai beaucoup aimé. Il se dégage du livre une grande douceur en effet. Et à la lecture, on a vraiment l’impression de sentir l’odeur des pommes. Un roman très féminin, aux intrigues amoureuses simples ou assez prévisibles, une qualité et un défaut dans cet univers simple et rustique.

  3. Nuelle Says:

    Merci Cath!
    Oui, comme tu le dis Lisochka, beaucoup de douceur, et de langueur aussi. On a envie d’y être, sur le bord du lac ou dans le jardin, et de cueillir, nous aussi, des pommes et des groseilles!
    Cath, s’il repasse dans ton univers, cueille le!

  4. pascale Says:

    Ça y est je viens de le finir. depuis le temps qu’il me faisait de l’oeil, d’abord dans les magasins puis sur mon étagère…
    J’ai passé un très bon moment, ai repense aussi avec emotion à la maison de ma grand-mere… du beau sentimental.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :