Michel Strogoff

by

de Jules Verne

Michel Strogoff

Les provinces sibériennes de la Russie sont envahies par des hordes tartares dont Ivan Ogareff est l’âme. Ce traître, poussé par une ambition insensée autant que par la haine, projette d’entamer l’empire moscovite ! Le frère du tsar est en péril à Irkoutsk, à 5 523 kilomètres de Moscou et les communications sont coupées. Comment le prévenir ? Pour passer, en dépit des difficultés sans nombre et presque insurmontables, il faudrait un courrier d’une intelligence et d’un courage quasi surhumains. Le capitaine Michel Strogoff est choisi et part, porteur d’une lettre du tsar, en même temps qu’une jeune Livonienne, la belle Nadia, et que deux journalistes, l’Anglais Harry Blount et le Français Alcide Jolivet… Dans ce très grand roman, les extraordinaires péripéties, souvent dramatiques, que va connaître Michel Strogoff, un des plus merveilleux héros de Jules Verne, au cours de son voyage à travers les immenses régions sibériennes, tiennent en haleine les lecteurs jusqu’à la dernière page.

Avec la pile de livres que j’ai à lire, ne me demandez pas pourquoi je suis en pleine relecture de quelques classiques… J’en sais rien🙂

Enfin, si… Jules Verne, je sais un peu. Je veux que ma grande les lise… et donc, je les relis avant… Mouais… c’est pas une si bonne raison que ça😀

L’autre raison, c’est que Michel Strogoff, c’est quasi mon premier amour… alors bon, je suis retournée lui rendre visite😉

Je parle régulièrement des livres qui m’ont donné le goût de lire… A force, vous allez me dire que çà fait beaucoup🙂 mais la vérité, c’est que Jules Verne, notamment pour le goût des livres d’aventure, c’est un maître, non ?

Que ce soit les Tribulations d’un chinois en Chine, dont j’ai parlé il y a quelques temps… ou Michel Strogoff, pour cette relecture… ou encore Le Tour du Monde en 80 jours dont je vous parlerai certainement un de ces jours, ces livres m’ont fait voyagé à perdre haleine, m’ont fait tenir éveillée pour prolonger ma lecture. En fermant les yeux, je me voyais dans les décors de Jules Verne, j’aurais tout donné pour me réveiller au milieu de ces personnages qui m’hypnotisaient.

J’ai lu dernièrement une citation de Mona Ozouf que j’appliquerai bien non pas à la culture mais à la lecture : « A quoi sert d’être cultivé? A habiter des époques révolues et des villes où l’on n’a jamais mis les pieds. A vivre les tragédies qui vous ont épargné, mais aussi les bonheurs auxquels vous n’avez pas eu droit. A parcourir tout le clavier des émotions humaines, à vous éprendre et vous déprendre. A vous procurer la baguette magique de l’ubiquité. Plus que tout, à vous consoler de n’avoir qu’une vie à vivre. »

Voilà cette citation résume tout ce que Jules Verne en particulier et la lecture en général a fait naitre en moi, et l’aventure continue.

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :