Le havre des morts

by

de Patricia Cornwell

À Dover, sur l’unique base aérienne militaire américaine qui reçoit les corps des soldats tués au combat, Kay Scarpetta se forme aux techniques révolutionnaires de l’autopsie virtuelle. Elle est très vite mise à l’épreuve : un jeune homme a été trouvé mort près de chez elle, à Cambridge. Crise cardiaque, selon les premières constatations. Mais comment expliquer qu’il ait saigné après son arrivée à la morgue, sinon parce qu’il était encore vivant ? Une radiographie en 3D révèle des blessures que Scarpetta n’a jamais vues. Elle se trouve dès lors confrontée à un passé qu’elle croyait enfoui et à un dilemme plus que complexe. Déterminée à conclure avant qu’il ne soit trop tard, le Dr Scarpetta utilise les techniques de pointe apprises au Havre des morts pour confirmer ses soupçons.

Ça faisait un bon moment que je n’avais pas pris un livre de Patricia Cornwell, dont j’ai toujours aimé l’héroïne, Kay Scarpetta… Du coup, je pense que je me suis emmêlée les pinceaux en le choisissant et que j’ai dû en louper un ou deux entre  les derniers que j’avais lu et celui-ci… Tout çà pour dire que j’ai été quelque peu perdue, voire déstabilisée par le Havre des morts !

Kay Scarpetta, pour ceux qui ne connaissent pas cette série, est médecin légiste. Elle dirige un service médico-légal, c’est une femme brillante professionnellement mais avec une vie personnelle tourmentée. Les ouvrages de cette série nous font découvrir peu à peu quelques pans de son passé et Lucy, sa nièce, qu’elle protège et traite comme sa propre fille. Les enquêtes qu’elle mène incluent souvent un côté personnel, et jusqu’à présent, j’avais toujours aimé cet enchevêtrement de professionnel et de personnel, de calme extérieur et de bouillonnement intérieur, de doutes constants sur certains points mêlés à une assurance sans faille pour d’autres.

Pour la lecture de Havre des morts, j’ai été franchement déstabilisée. Kay est dès le départ différente du personnage que j’avais en mémoire. Elle ne dégage plus de passion, semble abattue sur tous les plans, presque brisée. Elle doute de tous, même des piliers qui l’entourent, comme Benton ou Lucy. De nombreuses réflexions et tirades sur son poste, son titre rende la lecture fastidieuse. Depuis le début de la série, Kay est un personnage orgueilleux, mais l’omniprésence dans ses pensées de sa position professionnelle devient lassante.

L’enquête n’est pas vraiment une enquête. La moitié des évènements est déjà connue du reste des personnages qui s’attachent finalement à cacher les choses à Kay Scarpetta tout en lui laissant les découvrir petit à petit. La lecture est compliquée, et je n’ai pas compris où l’auteure voulait en venir avec ce jeu de cache cache… Par ailleurs, les explications scientifiques sont fastidieuses, et je suis à peu près certaine qu’elles en ont rebuté plus d’un…

Bref, je suis déçue de ma lecture. Je ne sais pas si ma déception vient du fait que j’ai perdu le fil en sautant quelques tomes, ou si la série perd de son intérêt… Je vais tenter de retrouver les ouvrages manquants pour me rattraper, mais il n’en reste pas moins que celui au moins ne m’aura vraiment pas enthousiasmé…

😦

Étiquettes : ,

2 Réponses to “Le havre des morts”

  1. berlingotte Says:

    Depuis le roman « Scarpetta », j’ai le même sentiment que toi. Le personnage est lassant, il n’y a plus d’action, les situations sont souvent plus que sybillines, limites incompréhensibles…c’est quand même des romans policiers, pas des essais philosophico-nombrilistes!🙂

  2. Jacques Goyette Says:

    Parfaitement d’accord. Cornwell s’asseoit sur ses lauriers parce qu’elle a connu un certain succès au début, et après ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :