Posts Tagged ‘Epoque victorienne’

Seule contre la loi

2 novembre 2012

de Wilkie Collins

Au lendemain de ses noces avec Eustace Woodville, Valeria découvre qu’elle a épousé un homme riche en mystère. Tout d’abord, son vrai nom est Macallan. Cette révélation pique la curiosité de la jeune mariée… qui n’est pas au bout de ses surprises. Il s’avère que le nom de Macallan est entaché de scandales, l’homme ayant été soupçonné d’avoir assassiné sa première épouse. Les poursuites abandonnées faute de preuves, Eustace a tenté de se faire oublier.

Convaincue de l’innocence de son mari, l’impétueuse Valeria décide de mener l’enquête. Contre l’avis de tous, et bientôt en opposition violente avec son entourage, elle va s’employer, dans une angoissante solitude, à lever l’un après l’autre les masques supposés protéger la bonne société victorienne. Soucieuse de dissimuler ses propres turpitudes – meurtre, chantage, extorsion -, cette dernière semble avoir fait main basse sur la Loi.

Thriller labyrinthique, âpre réflexion sur les faux-semblants, vibrant portrait d’une héroïne libre et intraitable, Seule contre la loi passe pour le premier roman policier dont le détective est une femme. À la lecture de cet opus, on comprend l’admiration sans borne que Borges et Hitchcock vouèrent au maître W. W. Collins (1824-1889), ami et rival de Dickens en son temps.

 

Tout est dit ou presque dans la quatrième couverture. Voulant néanmoins découvrir cet auteur chaudement recommandé par une amie, je me suis donc plongée dans ces pages.

J’en retiens un beau portrait de femme pour l’époque, le roman ayant été écrit en 1875, l’auteur est on ne peut plus avant-gardiste. Malgré quelques longueurs, le désir de savoir si oui ou non Eustace est coupable, et si oui ou non Valeria mènera sa quête jusqu’au bout, m’a fait terminer ce roman historique dépeignant fidèlement son époque.

La place des femmes dans la société, le mariage, la folie, les bonnes moeurs, l’honnêteté sont quelques-uns des thèmes que j’ai retenus.

Publicités

Le secret

19 janvier 2012

de Wilkie Collins

Le secret Wilkie Collins ebook

En cette nuit du 23 Août 1829, sur la côte déchiquetée des Cornouailles, la résidence d’été des Treverton n’est plus que silence et ténèbres. Le manoir tout entier est suspendu aux battements du cœur de la maîtresse de maison qui rend bientôt son souffle, laissant derrière elle un époux accablé, une fillette en pleurs et beaucoup de questions sans réponses.

Que contient, par exemple,  cette mystérieuse lettre confiée par Mrs Treverton à sa femme de chambre avant de mourir ? Et quel terrible secret Sarah Leeson préfère-t-elle dissimuler dans la demeure familiale avant de disparaître, s’opposant ainsi aux dernières volontés de la défunte ?

Un secret suffisamment effroyable pour que, des années plus tard, la domestique sorte de son silence afin d’empêcher Rosamund Treverton de retourner sur les lieux de son enfance, au risque d’y perdre son âme…

Je suis entrée dans l’ère du livre électronique ! Cet ouvrage fut mon premier ebook… L’expérience est intéressante (et peu onéreuse 😉 ) et je continuerai certainement mais j’aime trop mes livres de papier : je ne les abandonnerai donc pas 😀

Celà faisait vraiment très longtemps que je n’avais pas lu un livre de cette époque victorienne et j’ai eu beaucoup de plaisir avec celui-ci. Le ton du récit est très typique, un peu ampoulé, plein de bons sentiments et avec une abondance de vocabulaire que nous n’utilisons finalement plu. L’ambiance est ainsi donnée.

La trame quant à elle est relativement simple. Un secret de famille… A la mort de sa maitresse, une jeune femme, Sarah, décide de taire le secret dont elle est dépositaire, malgré les dernières volontés de la mourante.  Elle s’enfuit en cachant la lettre censée révéler le secret. Plus de 15 ans plus tard, ce secret est menacé d’être découvert par la fille de la disparue. Sarah s’emploie à le maintenir caché.

Ce n’est pas à proprement parler une enquête, mais plutôt un lent parcours dans la découverte de ce secret si fidèlement gardé. Le lecteur progresse dans sa compréhension du mystère par les faits et les différents évènements narrés. Petit à petit, on rencontre les différents protagonistes, on en apprend plus sur leur passé. On suit également Sarah qui revient sur au manoir de Porthgenna Tower pour empêcher la jeune Rosamonde de découvrir ce secret. Le secret en lui-même est rapidement soupçonné par le lecteur…

Ce n’est pas une lecture inoubliable, mais tout à fait agréable.

Je m’en souviendrai surtout comme de mon premier livre électronique. A ce propos, ce qui m’aura le plus dérangé : Ne pas tourner les pages !!! Je me suis rendue compte que j’aime tourner les pages, le bruit du papier que l’on froisse légèrement, le toucher du papier sous les doigts, soupeser ce qui a été parcouru et ce qui reste encore à lire… Toute cette partie de la lecture disparaît avec le livre électronique… Et ça m’a manqué !!!