Posts Tagged ‘fin du monde’

Autre Monde, tomes 1 à 3 : L’alliance des Trois, Malronce & Le coeur de la terre

6 janvier 2013

de Maxime Chattam

Autre Monde L'alliance des Trois Maxime Chattam

Personne ne l’a vue venir. La Grande Tempête : un ouragan de vent et de neige qui plonge le pays dans l’obscurité et l’effroi. D’étranges éclairs bleus rampent le long des immeubles, les palpent, à la recherche de leurs proies… Quand Matt et Tobias se sont éveillés, la Terre n’était plus la même. Désormais seuls, ils vont devoir s’organiser. Pour comprendre. Pour survivre… à cet Autre Monde.

Je ne connais pas Maxime Chattam tant que ça. J’ai beaucoup apprécié Le sang du temps dont j’ai déjà parlé sur ce blog mais je n’ai jamais été cherché plus loin vers ses autres œuvres, essentiellement parce que j’avais lu par ci par là que sa fameuse trilogie nécessite un cœur bien accroché. Mais une amie m’a parlé dernièrement de cette série de l’Autre Monde, écrite pour les ados et je l’ai donc lu avant de la transmettre à ma grande 🙂

Encore une histoire de fin du monde me direz-vous ? Oui, les ados n’ont que l’embarras du choix ces dernières années, entre les mondes dystopiques et les scénarios catastrophes de fin du monde, il va leur falloir redoubler d’effort pour garder les pieds sur terre et affronter leur routine 🙂

Autant vous le dire tout de suite, je sais d’ores et déjà que ma fille va adorer. Le thème, les personnages, l’ambiance vont l’enthousiasmer. Maxime Chattam met en scène trois jeunes ados dans un monde où les adultes ont, dans le meilleur des cas disparu, dans le pire se sont transformés en créatures malfaisantes. Le monde dans lequel ils se sont reveillés n’est plus le même et il faut apprendre à survivre. Par ailleurs, Matt fait des rêves ou des cauchemars qui le poussent à fuir vers le sud. On les suit dans leur voyage, dans leurs rencontres, dans leurs combats pour leur survie et celle des clans d’enfants qui se sont constitués un peu partout.

Quand je lis des romans pour les ados, j’essaye toujours de les lire en mettant à la fois à la place de mes enfants et dans mon rôle de maman livrophage. Et pour vous l’avoir dit assez régulièrement, j’ai assez souvent le même reproche… Pourquoi simplifier le texte à outrance sous le prétexte que ce sont des ados qui vont le lire ? Ces ados seront sous peu de jeunes adultes, autant niveler par le haut me semble-t-il… Toujours est-il que ces trois premiers tomes à ce niveau m’ont semblé plutôt pas mal. Les descriptions des personnages et des lieux sont bien faites, le texte n’est pas compliqué mais pas simpliste non plus. En tant qu’adulte, il faut passer outre le fait que les héros soient des enfants, mais ça se fait 😉

De nombreux rebondissements rendent la lecture facile et fluide. Presque trop car une fois le Raupéroden démasqué, il reste peu de doute sur l’identité de la Reine. Mais l’ensemble tient vraiment la route.

Petite remarque de principe, pourquoi laisser des marges aussi conséquentes pour ce livre ? Surconsommation de papier totalement inutile à mon humble avis.

IMG_0369

 

Publicités

Chroniques de la fin du monde : Au commencement

1 décembre 2012

de Susan Beth Pfeffer

Chroniques fin du monde

Enfin c’est le grand soir : l’astéroïde dont tout le monde parle va percuter la Lune ! Familles, voisins, amis, tous se rassemblent pour observer le phénomène. Mais les choses ne se passent pas comme prévu. L’impact a été si violent que la Lune a dévié de son orbite et s’est rapprochée de la Terre. Peu à peu tout se dérègle… L’électricité puis l’eau sont coupées et les vivres commencent à manquer. Miranda et sa famille vont devoir accepter que la vie telle qu’ils la connaissaient a disparu à jamais.

Comme c’est la fin du monde bientôt, et que ma grande fille a réclamé les deux tomes suivants pour Noël, je me suis plongée dans ce premier tome des Chroniques de la Fin du Monde. Comme à chaque fois que je prends un livre jeunesse, je l’ai lu avec la curiosité d’une maman d’ado, l’avidité d’une lectrice compulsive, l’intérêt de tout passionné de SF et fantastique et dans ce cas particulier peut être aussi à la recherche de techniques de survie ??? Bin quoi, c’est humain ! 😀 😀

Bon que vous dire sur ce livre… Vous l’aurez compris, il est question de bouleversements fondamentaux ! La Lune a été frappée par une météorite, c’était prévu, c’était supposé être un spectacle et c’est la fin du monde tel que nous le connaissons.

Tout ce volume est construit à la façon d’un journal intime d’adolescente. Miranda, 16 ans, vit avec sa mère et ses deux frères en Pennsylvanie. Et elle confie chaque soir ses pensées et sa vie à son journal. Y compris quand sa vie bascule.

Les points négatifs ? Toujours les mêmes qui reviennent dès qu’il s’agit de littérature jeunesse… Une certaine pauvreté du langage, trop de simplicité dans l’écriture (ou ici la traduction). Même si on l’excuse dans ce cas particulier car on est censé lire un journal intime.

Plusieurs choses assez intéressantes cependant… J’ai trouvé que l’atmosphère était particulièrement bien rendue par cet aspect journal. Les interventions de Miranda sont courtes ou longues dépendamment de ses journées. Décousues quand elle ne sait plus où elle en est, plus construites quand elle se sent rassurée ou confiante. Notre narratrice est une ado, dans toute sa splendeur… Le monde tourne autour de ses besoins. Je me suis demandée si ma grande avait réalisé l’égocentrisme qui règne dans la première partie du livre en particulier. La catastrophe la fait murir bien entendu et on réalise en la lisant que Miranda s’ouvre petit a petit aux autres, à sa famille surtout.

La survie est le but de toutes les activités.  La mère est effrayante par moment, tout son être est tendu vers la survie de ses enfants. Cette impression de but unique est plutôt bien rendue par le pseudo huis-clos. Tout se passe dans et autour de la maison de cette famille. Quelques expéditions vers la ville la plus proche, en cas de vraie nécessité mais globalement peu de nouvelles de ce qui se passe ailleurs, pas même chez les voisins. Plus rien n’est important en dehors de la survie des membres de la famille. J’ai lu par ci par là que certains lecteurs avaient été déçus par cet aspect, j’ai quant à moi trouvé qu’il participait au côté oppressant et inéluctable de la fin du monde. Les priorités changent, il n’est plus temps d’aider et de penser aux autres. Ça laisse à réfléchir…

Voilà, une lecture dans l’ensemble qui est agréable, intéressante mais ultra facile (une soirée m’aura suffit… et pas longue la soirée…). En tous cas, je ne suis pas surprise que cela ait plus à ma fille et elle devrait aimer les prochains tomes…

Sur ce, je vous quitte et je vais faire mes provisions de conserves 😉