Posts Tagged ‘jeunesse’

Specials

27 décembre 2011

de Scott Westerfeld

Uglies serie 3 Specials Scott Westerfeld

Tally thought they were a rumor, but now she’s one of them. A Special. A super-amped fighting machine, engineered to keep the uglies down and the pretties stupid.

But maybe being perfectly programmed with strength and focus isn’t better than anything else she’s ever known. Tally still has memories of something else.

Still, it’s easy to tune that out – until she’s offered a chance to stamp out the rebels of the New Smoke permanently. It all comes down to one last choice: listen to that tiny , faint heartbeat, or carry out the mission she’s programmed to complete. Either way, Tally’s world will never be the same.

Voici que je referme ce troisième volet des aventures de Tally Youngblood que je vais définir comme mon premier livre dans le cadre d’un Challenge Dystopie…Une excuse de plus pour rester dans ce thème 😉

Après Uglies et Pretties, Tally est devenue Special. Les « Specials », on les a découvert dans les deux premiers tomes qui nous les avaient présenté comme une sorte d’évolution cruelle des Pretties. On les découvre en réalité bien plus évolués physiquement, leurs corps ayant été optimisés pour la survie et l’action. Quant à leur esprit, il est acéré, vif, sans remords et sans état d’âme.

Mais notre Tally n’est pas comme tout le monde. Si elle a pu se « deprettyser » toute seule (haha, pourquoi je n’inventerais pas un mot moi aussi :D), pourra-t-elle en faire de même en tant que Special ?

Que dire de ce tome. Il est mordant, cruel assez souvent. Il suit encore une logique assez proche des deux autres,ce qui m’a déçu, mais il garde un esprit particulier malgré tout ce qui maintient un intérêt non négligeable à la lecture, d’autant que le rythme est plutôt très soutenu !

Tally est un personnage très attachant. Son « amie » Shay m’a cassé les pieds au plus haut point, mais n’est-ce pas le but de l’auteur ?

Je regrette plusieurs choses malgré tout. D’une part que les personnages autres que Tally n’aient pas été un peu plus fouillés. Notamment David et sa mère, ainsi que le docteur Cable. D’autre part que ce monde incroyable qui nous a été dévoilé ne soit pas développé un peu plus. La cité de Diego, le monde des Rusties, la réserve, l’origine de ces Specials et leur raison d’être, les vrais dirigeants,etc… On reste dans de la lecture facile : action – action – action… alors que de nombreux thèmes très intéressants ont été levés dès le premier tome. C’est dommage.

Quant au dénouement du dernier chapitre… je ne le trouve pas du tout, mais alors pas du tout intéressant… tout cuit… quasi ridicule !

Bref, comme vous l’aurez compris, je finis ma lecture un peu déçue… C’est une série qui enthousiasmera ma fille, j’en suis certaine.  Je me suis moi-même prise au jeu mais ai eu trop d’attentes. Je finirai quand même la série… Mais plus calmement 🙂

Pretties

17 décembre 2011

de Scott Westerfeld

In Tally’s world, your 16th birthday brings an operation that turns you from a repellant Ugly into a stunningly attractive Pretty, and catapults you into a high-tech paradise where your only job is having a really good time. Just before her birthday, Tally discovered that turning Pretty comes with a terrible price. She vowed to accept the operation, but with the understanding that her friends on the outside would rescue her, and let her be the guinea pig for the experimental and highly dangerous cure they’re developing.

But in the second book of the Uglies series, Tally’s Pretty. And everything’s changed. The new, Pretty Tally is totally happy right where she is. She doesn’t think she needs any kind of cure at all. When someone from her Ugly life shows up with a message, Tally has a hard time listening. Did she really promise to give all this up? Is she bound by a promise she made when she was a different person? If there is anything left of the old Tally, how will she fight her way out to keep her word and help her friends?

Ce second tome du monde de Tally Youngblood, que j’avais découvert dans Uglies, se lit aussi vite que le premier. Nous avons quitté Tally sur le chemin de son opération pour devenir Pretties. La voici donc devenue jolie, selon les critères de ce monde bien particulier.

On découvre l’univers des Pretties, qui n’était qu’évoqué dans le premier tome. Un univers de plaisir et d’insouciance, au moins pour ces New Pretties. Ici, tout est Bogus ou Bubbly. L’objectif étant bien entendu d’être le plus bubbly possible. Si cette répétition à outrance m’a un peu saoulé, j’ai également trouvé qu’elle caricaturait pas mal l’univers ado qui se concentre souvent sur quelques mots à la mode. Je me souviens de ceux de mon époque (qui sont complètement « has been » maintenant hihi), et je vois bien que maintenant, ma grande fille suit le même chemin.

Tally n’a pas perdu tous ses souvenirs, sent confusément que certaines choses lui échappent. Il apparaît évident très rapidement qu’elle n’est pas juste jolie et sans cervelle comme la plupart… Une part d’elle-même attend plus, remet en cause beaucoup de ce qui l’entoure et se rebelle, à petite échelle seulement au début, mais n’accepte pas l’ordre établi.

Quand un de ses anciens complices de Smoke lui donne deux comprimés et une lettre qu’elle s’est écrite à elle-même quand elle était encore Uglies, elle décide de partager ce remède avec son ami Zane, lui aussi Pretty, et plutôt bubbly.

Si toute la première partie du livre met en scène un décor nouveau, Pretty Town… la suite ressemble un peu trop à la structure du premier tome. Une bande de Pretties décide de fuir la ville avec Tally et Zane pour trouver New Smoke. Il s’ensuit un parcours de Tally, séparée des autres au cours de l’évasion, pour retrouver David et les les rebelles.

J’ai bien aimé son passage dans la réserve… dont je ne parlerais pas plus pour ne pas trop en révéler. Disons que celà laissait entrevoir un peu plus de choses de ce monde étrange.

Quant à la suite et fin du livre. Bien trop semblable au premier tome encore une fois. Sans qu’elle s’en doute, encore une fois, Tally a conduit les Specials tout droit vers New Smoke. Les rebelles doivent fuir et l’on sait ce qui attend la jeune fille.

Sans être un copié-collé du tome 1, j’ai regretté que ce tome ne propose pas un peu plus de découverte du monde dystopique des Uglies, Rusties, Pretties,etc… Il me semble qu’il y avait beaucoup de matières pour éblouir le lecteur, et que l’auteur a choisi la solution facile, sous-estimant un peu nos lecteurs ados.

Ça n’en reste pas moins une bonne lecture, super facile en anglais et un univers décalé très intéressant. Affaire à suivre avec Specials.

Uglies

26 novembre 2011

de Scott Westerfeld

Tally is about to turn sixteen, and she can’t wait. In just a few weeks she’ll have the operation that will turn her from a repellent ugly into a stunningly attractive pretty. Ans as a pretty, she’ll be catapulted into a high-tech paradise where her only job is to have fun.

But Tally’s new friend Shay isn’t sure she wants to become a pretty. When Shay runs away, Tally learns about a whole new side of the pretty world – and it isn’t very pretty. The authorities offer Tally a choice: find her friend and turn her in, or never turn pretty at all. Tally’s choice will change her world forever…

Et oui, voilà que je récidive encore dans la littérature ado 🙂 Mais bon mon dernier essai ayant été pas mal concluant avec Hunger Games, je me suis dit que je devais tenter cette série dont j’ai entendu beaucoup de bien !

Je dois aussi ajouter que c’est encore une série de Science Fiction, encore une dystopie genre Le meilleur des Mondes… et que j’aime beaucoup ce genre… Ça aide 😉

Bref, cette série met en scène un monde bien simple au moins en apparence… Quand vous naissez, vous êtes un Little (un petit)… jusqu’à vos 12 ans, et là, vous déménagez dans un internat et dans une autre ville, car vous êtes devenus un Ugly (un moche)… et vous le resterez jusqu’à vos 16 ans… Mais le jour de vos 16 ans sera l’apothéose, car vous subirez l’Opération qui vous rendra Pretty (je vous le traduis ??)  et vous serez beaux et insouciants pour le reste de votre vie !

Voilci le décor de cet univers de rêve…

Sauf que on apprend que certains ne deviennent jamais Pretty, parce qu’ils ne le veulent pas et ceux-là, ils s’enfuient. On les appellent les Smokies (parce qu’ils habitent la Smoke, un endroit protégée par une épaisse fumée). Et bien sur dans les Pretties, il y en a qui sont moins insouciants que les autres, et ils cherchent à se débarasser des Smokies…

Tally fait donc partie de ces Uglies qui vont devenir très bientôt Pretties et elle a hâte. Mais suite à la fuite de son amie Shay, une division spéciale lui fait du chantage et l’oblige à rechercher le refuge de ces rebelles pour les mettre enfin sous le contrôle des Pretties.

Ce premier tome la suit dans son attente insouciante du jour de ses 16 ans, sa découverte un peu brutale de la face cachée et bien moins attractive de son univers, sa recherche de la Fumée et sa découverte de l’univers de ces rebelles qui refusent l’opération et vivent « en vrai ».

On suit ensuite la destruction de ce village et la tentative des survivants de recréer une nouvelle Fumée.

Un livre qui se lit vraiment facilement et est assez fascinant pour tout dire. Bien sûr que nous sommes dans une vision futuriste et dérangée… Mais ce dictat de la beauté est assez facile à assimiler, même si poussé dans des extrêmes littéraires 🙂

Le début est très calme mais j’ai apprécié que l’auteur prenne le temps de placer le décor et l’ambiance. Le personnage de Tally est intéressant et évolue bien. Les personnages secondaires sont plutôt prometteurs pour la suite… car bien sûr il y a une suite 😉

Lu en anglais, je l’ai trouvé quand même un peu simpliste… On a du Ugly et du Pretty à tout bout de champ. Il me semble qu’il y a moyen de ne pas faire tant de répétition… Mais bon, je garde à l’esprit que c’est un roman jeunesse.

Il n’en reste pas moins un livre avec un thème intéressant, quelques sujets de réflexion pour nos jeunes, de l’aventure et du suspens…

Que demander de plus 🙂

Hunger games

14 novembre 2011

de Suzanne Collins

Hunger games

‘Once I’m on my feet, I realize escape might not be so simple. Panic begins to set in. I can’t stay here. Flight is essential. But I can’t let my fear show.’

Winning means fame and fortune. Losing means certain death. The Hunger Games have begun…

Ça fait bien un an que j’ai entendu parler de ce livre et que je souhaitais le lire… Quand je l’ai acheté, ma fille de 12 ans s’est littéralement jetée dessus et a dévoré les 3 tomes en moins de temps qu’il ne faut pour le dire…

Premier mot ?       Wow…

J’ai entre les mains de la littérature jeunesse. Je ne m’attendais pas à ça, c’est clair !

L’histoire ?

Un futur qu’on ne sait pas situer… proche ? lointain ? Aucune idée… Ce qui est certain, c’est qu’il s’est passé un paquet de choses en Amérique du Nord et que maintenant, ça s’appelle Panem, que c’est divisé en 12 districts, identifiés par un simple numéro, plus une partie centrale : le Capitole… Ah oui, on sait aussi que la vie dans le District 12 est tout sauf rose. On est mis dans le bain dès la première page !

Chacun de ces districts fournit chaque année 2 adolescents tirés au sort aux Hunger Games… Ces jeux, que l’on peut finalement comparer à des jeux du cirque romain, ont été instaurés à la suite d’une rébellion des districts contre l’autorité du pays… La rébellion a été maitrisée et en représailles, le 13ème District a été détruit… et ces jeux ont été imposés aux autres…

Voilà l’ambiance ! Ça calme, n’est-ce pas ?

Dans ce contexte, Katniss, 16 ans, survit et fait survivre sa mère et sa petite soeur, leur père étant décédé dans un accident minier.

A l’heure du tirage au sort pour les prochains Jeux, c’est sa petite sœur de 12 ans qui est désignée et Katniss se porte alors volontaire et prend sa place. Ce tome suit le parcours de Katniss et de Peeta, le deuxième « candidat » du District 12.

Littérature jeunesse ?

J’ai déjà régulièrement des romans jeunesse que ma fille aime. Fantastique, science fiction, tous ont pour point commun de mettre en scène des adolescents comme héros…  Toutes mes précédentes lectures « jeunesse » ont aussi en commun une certaine facilité au niveau de la trame, des rebondissements et surtout des thèmes…

Celui-ci m’aura surpris par la profondeur des sujets… Une société manipulée par un pouvoir dictatorial, qui se maintient en place en partie par l’imposition de ces jeux du cirque télévisés dans lesquels les protagonistes ont entre 12 et 16 ans et sont obligés à se battre entre eux jusqu’à ce que mort s’en suive… Ce voyeurisme télévisuel poussé à l’extrême de la cruauté. Les extrémités auxquelles un grand nombre sont poussés lorsqu’ils sont en proie à la faim et à la misère.

Des sujets et d’actualité mais placés dans un futur dystopique. Je ne m’attendais pas à ça pour un livre « pour jeunes ».

Et sinon, qu’en ai-je pensé ?

Je l’ai commencé… Il m’a fallu allez, disons 10 pages pour m’en imprégner… et je ne l’ai plus quitté !

Lu en v.o., donc je pensais perdre pas mal… mais pas du tout… ce qui m’a le moins plus, c’est le « tout au présent »… C’est pas la première fois que je note ça dans les romans jeunesse, ça me dérange toujours un peu… Mais je n’ai pas une connaissance assez forte des techniques littéraires anglaises pour juger… C’est juste que moi, j’aime bien un peu de conjugaison dans les temps 😀

En dehors de ça ? Ce bouquin est incroyable… Katniss est attachante, touchante. C’est une survivante et il n’y a rien à redire à son personnage. Ses incertitudes, son attachement forcené à sa famille, son réalisme par rapport à tout ce qui l’entoure, sa crédulité par moment. Tout sonne juste et à propos.

Les jeux sont fabuleusement bien mis en scène. Cruauté et violence sont palpables mais ne tombent jamais dans le gore (j’aurais détesté). Les rebondissements arrivent à point, ne sont pas « tout cuits », ne sont pas non plus trop nombreux…

Le dénouement annonce un autre tome, mais qui n’essaierait pas de surfer sur un succès assuré ? Il n’en reste pas moins que ce livre se finit parfaitement bien pour clore cette première aventure tout en laissant supposer une nouvelle intrigue.

Vous vous doutez bien que je vous parlerai prochainement de la suite…

Ah oui, et j’ai appris qu’un film est en cours… Je ne suis pas étonnée… et je me laisserai prendre au jeu d’aller le voir.

Percy Jackson – Tome 5 – Le dernier des Olympiens

16 décembre 2010

de Rick Riordan

Le dernier des Olympiens

Toute l’année, Percy et son armée de demi-dieux se sont préparés à affronter les Titans. L’heure est venue. Les troupes de Cronos avancent vers Manhattan où l’Olympe est en danger. Tandis que Percy et ses amis luttent, ils savent que le temps est compté. La prophétie va s’accomplir : Percy prendra une décision qui condamnera ou sauvera le monde…

Je ne vais pas vous faire une critique pour chacun des tomes… A part à vouloir décortiquer l’histoire en elle-même, je vous raconterais toujours la même chose… Mais je voulais faire un dernier article sur le sujet… parce que je viens de terminer la série et que je l’ai lu très très très rapidement 😀 (4 livres en 4 nuits, pas mal non ?)
Bon… ce n’est pas l’objet de cet article…
Je reste sur mon impression précédente… C’est une série jeunesse très chouette. Je vais l’offrir à mon garçon et je sais que mes deux ainés vont A-DO-RER…
Je suis enchantée d’avoir franchi le pas de cette lecture car je bloquais un peu… surtout à cause de l’étiquette Jeunesse…
Mais, clairement, c’est uniquement de la lecture jeunesse. Je reste aussi sur mon impression que ce type de livres, d’une façon générale, se lit bien trop vite pour un adulte et n’apporte pas énormément. Mon plaisir aura été celui de me remémorer la mythologie grecque, à laquelle j’ai voué une passion sans bornes à une époque de ma vie (mes parents, s’ils lisaient ce blog, seraient bien d’accord ;)) et surtout d’imaginer le plaisir que mes enfants auront à suivre ces aventures.

Utiliser la mythologie comme base est une idée extra. La placer dans notre monde actuel également. L’approche de ces dieux grecs est très bien faite… De grands gamins avec de grandes responsabilités… vivant aujourd’hui mais se croyant encore il y a 3000 ans dans certains de leurs actes… J’ai apprécié l’humour que l’auteur aura su intégrer tout au long de la série.

En fait, ce que je reproche à l’écriture globale de la série, ce sont des phrases trop simples, peu de constructions un peu complexes qui auraient donné du corps au texte et auraient accroché l’esprit tout en nous faisant travailler un peu les méninges. Mais encore une fois, je retiens que l’audience est un public jeune, disons entre 11 et 14 ans ?

Ça restera une série que je conseillerai pour cette tranche d’âge, car Percy Jackson est un bon gars, plutôt marrant par moment, bien humain, dépassé par les évènements la plupart du temps mais ayant de belles valeurs… Bref, un héros auquel mes enfants s’attacheront, et qui saura leur donner le goût de la lecture et notamment le goût de la littérature fantastique. Si c’est bien le cas, la mission sera accomplie avec succès !

Percy Jackson – tome 2 – La mer des monstres

10 décembre 2010

de Rick Riordan

Percy Jackson 2 La mer des monstres Rick Riordan

Être le fils de Poséidon, un honneur ou une cruelle plaisanterie ? Lorsqu’une simple partie de foot se change en bataille contre un gang de cannibales géants, Percy le demi-dieu a un terrible pressentiment… Comme le lui annonçaient ses étranges cauchemars, les frontières magiques qui protègent la Colonie des Sang-Mêlé sont empoisonnées. Pour sauver leur domaine, Percy et ses amis devront parcourir la mer des Monstres, qui porte bien son nom.

Je viens de lire ce deuxième tome des aventures de Percy Jackson, dans le cadre de la lecture commune lancée sur Livraddict.

J’avais acheté la série pour mes enfants (mais avec la ferme intention de les lire bien entendu 😉 ) et l’occasion faisant le larron… Hop, j’ai commencé la première !

Je vais vous donner mon avis de trois façons pour changer un peu…

Mon avis à moi, adulte et lectrice de livres « adultes »… Oui, mais bof… Oui, à cause de tout ce que je dirais plus bas… et aussi parce que il y a une forme d’humour et de d’auto dérision tout au long du livre qui m’a plus et toujours balancé les côtés « bof ».

Bof, parce que cette lecture n’aura pas apporté grand chose à l’adulte qui est en moi (la majeure partie du temps, si si !!), notamment parce que le style d’écriture est très, voire trop simple (évidemment me direz-vous, puisque c’est un enfant qui raconte… oui mais bon….).

Bof également parce que j’ai franchement eu l’impression par moment de lire une adaptation de Harry Potter au pays des légendes grecques… Le principe est tellement similaire… Un jeune garçon dans la dizaine qui se découvre des dons particuliers (et une ascendance bien spéciale), qui découvre l’existence d’un monde fantastique en parallèle du monde « réel » de vous et moi, qui part faire son apprentissage de sa seconde nature dans un lieu magique et caché (le château de Poudlard est remplacé par une « colonie de vacances »)… sur place aussi, la similarité est frappante, des « équipes » rivales, dans cette victoire, dépendant du dieu géniteur… etc etc etc… Un livre par année… Une prophétie… Une méconnaissance naïve de ce monde parallèle…

Bref, un peu trop de simplicité et de facilité pour… l’adulte que je suis…

Je suis peut être une adulte, MAIS je suis aussi et surtout grande fan de tout ce qui a trait au fantastique ET une immense fan de mythologie… Alors cette partie de moi a beaucoup aimé. A la « surprise » de la rencontre du premier tome succède le plaisir de découvrir de nouveaux personnages… dans les dieux de l’Olympe, et dans les compagnons de Percy. Les parallèles avec la mythologie sont nombreux, bien sûr, mais leur adaptation dans la vie d’aujourd’hui est vraiment bien faite, parfois même avec humour ou dérision.

ET ENFIN je suis aussi une maman… Et en tant que maman, j’ai hâte que mes enfants lisent les histoires de Percy Jackson. Parce que je suis persuadée qu’ils vont ADORER ! Parce que cela leur donnera l’occasion de découvrir la mythologique grecque, parce que cela fera peut être même naitre un intérêt pour ce sujet ! Enfin et surtout parce que cette série leur donnera encore plus le goût de lire et que rien pour cette toute petite raison de rien du tout, Percy Jackson me plaît !

Sang d’encre

29 novembre 2010

de Cornelia Funke

Sang d'encre  Cornelia Funke

Meggie et ses parents savourent leurs retrouvailles lorsque Farid apporte une nouvelle bouleversante: prêt à tout pour revoir les fées et sa famille, Doigt de Poussière a regagné le Monde d’encre, ignorant qu’un grand danger l’attend. Farid et Meggie décident de partir à sa recherche. C’est le début d’un voyage incroyable.., et terrifiant. Le deuxième tome d’une magnifique trilogie fantastique par l’un des plus célèbres auteurs contemporains pour la jeunesse.

J’ai enfin fini le second tome de cette sage du Monde d’Encre…

Je ne suis pas tout à fait capable de dire pourquoi je suis mitigée. Le thème m’enthousiasme… Les livres omniprésents, des conteurs capables de faire apparaitre nos héros dans notre monde ou capables de nous transporter dans une histoire, oui. j’avoue, j’adore…

Tout est peut être un peu trop confus, pas assez établi… Je ne sais pas. J’attendais beaucoup et je n’en ai pas eu autant que j’attendais…

Il est fort probable que je ne sois plus capable d’apprécier autant la littérature jeunesse qu’avant.. Peut être ai-je du mal avec les héros « enfants », mais ce livre là met en scène justement plusieurs adultes.

A la différence d’autres livres jeunesse, j’ai apprécié la construction des phrases, ou tout au moins la traduction… Ce ne sont pas des suites un peu enfantines de phrases trop simples et peu élaborées… Les descritpions sont fortes, lourdes de détails parfois mais justement, c’était pour moi un point positif… Nous sommes dans un monde où les mots ont tant d’importance…

Alors, voilà… drôle d’article, n’est-ce pas ? Je ne suis pas enthousiasmée, alors que je pensais adorer.. Je lirai certainement le dernier tome, mais pas plus pressée que ça de me le procurer.

C’était un livre et surtout un thème plein de promesses pour moi… mais je n’ai pas accroché à 100%…

En revanche, je le sais, je le sens… ma fille va adorer… Et finalement, c’est de la littérature jeunesse, donc c’est le principal…

Le petit livre des affaires dégueulasses

10 juillet 2010

de Stéphanie C. Dubois

Petit livre des affaires dégueulasses Stéphanie Cardi

L’humain avale un litre de morve par jour. L’hippopotame délimite son territoire en propulsant son caca dans l’eau. Notre lit abrite des dizaines de millions de bibittes…

Découvrez les drôles d’habitudes des animaux, des insectes, et même des humains !

Le petit livre des affaires dégueulasses, c’est près d’une centaine de faits amusants et… dégoûtants !

Dans le cadre de l’opération Masse Critique du Canada de Babelio, j’ai pu lire ce petit livre… et je l’ai lu avec ma charmante marmaille, parce que quand on parle d’affaires dégueulasses, mes trois monstres sont intéressés… A tous les coups ! D’ailleurs, avez-vous déjà remarqué à quel point le mot « dégueulasse », pas particulièrement agréable à dire ni à entendre dans la bouche d’un adulte devient charmant lorsqu’il est prononcé par un enfant ♥ ?

Ce livre était d’autant plus intéressant que avant de déménager ici, nous avions visité l’exposition Cradexpo à la Villette sur le corps humain, et que mes deux grands l’avaient encore en mémoire, bien que 5 ans aient passé !

Sous forme de petites « fiches » de une ou deux pages, chaque « affaire dégueulasse » est plus ou moins décrite ou présentée avec une illustration humoristique ou une photo.

Mes enfants ont ri, ont crié « beurk », « non », « hein? », « quoi? »… Leurs préférés ? Le papier de caca d’éléphant je pense…

Ma grande de 11 ans a fait la moue une fois ou deux, mais c’était juste pour bien montrer que à 11 ans, on est au dessus du stade « pipi-caca ».

Mon grand de 9 ans, grand lecteur du livre des records et de ce genre de livres, était intéressé mais aurait voulu en savoir plus assez souvent…

Mon petichou de 6 ans a aimé, tout simplement, et il en rigole encore et me demande encore  » Maman, tu te rappelles l’histoire de cet oiseau qui se fait pipi dessus pour se rafraichir ? C’est vraiment dégueulasse, hein? » Et ce mot dans la bouche de mon petichou est tout mignon, tout chou ♥…

De mon côté, je dois dire avant tout que je ne suis pas amateure de littérature jeunesse ou très peu. Livrophage depuis ma plus tendre enfance, j’ai eu ma période… dans le temps 😉 Ce coup-ci, j’ai été motivée par l’idée de le lire AVEC mes enfants. Ça fait un moment que je réfléchis à comment faire faire un ou deux articles à mes deux grands, histoire de les pousser à écrire en français un peu. D’ailleurs, mes co-blogueuses, je réfléchis à kekchose pour la rentrée 😉

Pour en revenir à notre livre, si j’aime la façon dont les faits sont présentés et illustrés, je pense que j’aurais aimé un tout petit peu plus d’explications pour chacun d’entre eux… D’autant que mes enfants ont souvent posé des questions sur le « comment c’est possible », « pourquoi », « mais pourtant »… Parce qu’ils sont comme tous les autres je pense, jamais contre un peu plus d’explication quand l’amusement est en plus au rendez-vous comme ici…

Donc voilà, un petit livre bien rigolo, remplis de sujets de discussions et d’amusement en famille mais qui aurait pû apporter une petite touche de plus…

Un grand merci à Babelio pour cette lecture !