La force de vivre

by

de Michel Langlois

vivre

Voila une série intéressante que j’ai lu très rapidement pendant mes vacances, et composée de 4  tomes mettant en scène différents personnages de la famille Grenon.

S’étalant de 1800 a 1880 environ, on fait la connaissance de cette famille avec Edmond et Émilie Grenon, puis on continue avec leurs enfants, dont Nicolas, parti se battre pour les armées de Napoléon, puis revenu avec l’armée anglaise et tentant de s’installer autour de Drummond. La saga se poursuit avec la génération suivante, et Emmanuel, un des fils de Nicolas. Enfin le dernier tome suit la fille d’Emmanuel, Elisabeth et son fils.

L’intérêt que j’ai trouvé dans la lecture de cette série est essentiellement dans les parcours des personnages. On y découvre une envie de bâtir, de construire un nouveau pays. Parti de Baie-Saint-Paul à Québec pour y monter une auberge, Edmond ne craint pas de tout recommencer et de faire suivre femme et enfants. Québec est alors en pleine croissance. En Europe, Napoléon entraine son armée se battre contre les Prusses puis vers l’Espagne. L’Angleterre se bat contre Napoléon en Europe mais aussi contre les États Unis de l’autre coté de l’Atlantique. Nicolas rêve de bâtir un village et s’oppose aux anglophones à qui l’on a promis Drummond. Son fils, Emmanuel, quant à lui, part encore plus au Nord dans le Saguenay, à Metabetchouan.

L’intérêt historique est omniprésent.

Dans les points négatifs, j’ai trouvé que les faits s’enchainaient trop vite. On n’est pas dans une époque de vitesse. S’installer prend du temps, de la patience… et je n’ai pas retrouvé cet aspect dans l’évolution des différents tomes. J’ai au contraire eu le sentiment trop souvent de voir une énumération de faits, mais un petit quelque chose manquait qui aurait permis le lien de l’ensemble. C’est dommage au vu de la richesse apportée au niveau historique.

Le dernier tome m’a également moins plu. On suit Élisabeth et son fils Jean, qui s’enfuient aux États Unis dans le Maine et se retrouvent a travailler dans des filatures. Puis Jean, devenu John, part pour Chicago et pour le Montana pour tenter de faire fortune. Ce tome est construit un peu à la façon d’une parabole, avec cet objectif ultime de prouver qu’il peut gagner de l’argent en vu de recevoir un héritage fabuleux. J’aurais préféré un tome un peu plus réaliste, j’ai été déçue de la rapidité avec laquelle tout s’enchaine. Tout d’un coup on est 4 ans plus tard !! Bon, d’accord… Le fait historique est présent, mais n’est pas décrit ni élaboré. C’est vraiment dommage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :