Posts Tagged ‘Canada’

Portrait chinois de mon pays

1 avril 2012

Taggée par Cath voici le portrait chinois de mon pays. Vous allez voir que certaines de mes réponses ressemblent aux siennes, promis, je n’ai pas copié!

Si le Canada était un animal ce serait un écureuil. Je n’ai pas choisi l’emblème national, car les écureuils sont aux villes canadiennes (et nord américaines), ce sont que les pigeons aux villes européennes…

Si le Canada était un écrivain ce serait, comme pour Cath, Mazo de la Roche. J’ai lu et relu la saga des Jalna durant toute mon enfance et mon adolescence car c’est de là dont vient mon prénom. C’était prédestiné, car me voilà au Canada maintenant!

Canada-immigration

source Internet

Si le Canada était un sport ce serait le hockey, sport national par excellence.

Si le Canada était une boisson ce serait la bière avec toutes ses micro-brasseries locales.

Si le Canada était un plat ce serait la queue de castor! Je vous laisse chercher sur le net ce que c’est, j’adore ça. (j’aurais bien dit le pâté chinois comme Cath)

Si le Canada était un personnage historique ce serait Samuel Champlain, un petit tour sur mon article pour savoir pourquoi j’aime ce personnage!

Si le Canada était une personnalité actuelle ce serait Chantal Petitclerc, femme inspirante et inspirée.

Si le Canada était un moyen de locomotion ce serait le vélo, les accros en font même en plein hiver.

Si le Canada était un vin, ce serait sans conteste le vin de glace.

Si le Canada était un média ce serait, comme pour Cath, Radio-Canada, chaîne de télé, radio, Internet, que l’on retrouve d’ouest en est.

Si le Canada était une date ce sera le 23 juin 2012, 10e anniversaire de notre arrivée ici.

toronto-canada

Si le Canada était un acteur ce serait le héros de 24 heures.

Si le Canada était une actrice ce serait Évangéline Lily, la Kate de la série Lost.

Si le Canada était une couleur ce serait la palette automnale (oui je triche car impossible d’en choisir une).

Si le Canada était un fleuve ce serait bien sûr le Saint-Laurent qui m’émerveille à chaque fois que je le revois.

Si le Canada était une mer ce serait une de ses  » mers  » intérieures, ou autrement dit les grands lacs.

Si le Canada était un homme ce serait Jack Layton, homme politique parti bien trop tôt.

Et pour conclure, si le Canada était une femme ce serait la mère qui émigre ici pour offrir un meilleur avenir à ses enfants, qui fuit son pays déchiré par la guerre et autres maux, et qui se bat chaque jour pour construire une nouvelle vie.

À mon tour de tagger quelqu’un, et comme j’ai peu de lectrices canadiennes, ce sera à Marje de relever le défi!

182169-ferez-vous-1er-juillet

Le 1er juillet, fête nationale.

source Internet

Publicités

Taggée

31 mars 2012

Taggée par DF, je dois faire le portrait chinois de mon pays… Allez, je m’y colle

Si le Canada était – un vin
– un animal – un média
– un écrivain – une date
– un sport – un acteur
– une boisson – une actrice
– un plat – une couleur
– un personnage historique – un fleuve
– une personnalité actuelle – une mer
– un moyen de locomotion – une femme (etun homme)

Je suis pas dans la mélasse moi !

Alors,

Si le Canada était un animal… ce serait un castor ! J’aurais pu dire un ours, mais j’ai bien appris ma leçon pour l’examen de la citoyenneté, et je ne pouvais pas ne pas mentionner l’animal emblème officiel du Canada, au point de faire partie des questions du test 😉

Si le Canada était un écrivain, ce serait Mazo de la Roche, parce que la série Jalna, c’est un peu ma madeleine à moi… Je ferme les yeux, et l’odeur humide des livres de la série fétiche de ma grand mère me revient en mémoire… Je suis transportée dans le sous sol de sa maison, en train de dévorer tous les livres que j’y trouvais… Je pense pouvoir affirmer sans conteste que c’est le premier auteur canadien que j’ai jamais lu !

Si le Canada était un sport, bon là encore, facile, d’abord parce que il n’y a pas de conditionnel possible… Le Canada, c’est le hockey !

Si le Canada était une boisson,ce serait la Molson Dry… me demandait pas pourquoi, j’ai juste pensé à ça, je ne pense même pas en avoir jamais gouté !

Si le Canada était un plat,ce serait le pâté chinois, plat qui rappellerait un peu le hachis Parmentier, enfin juste un peu… et qui nous fait entrer dans l’Histoire du Canada, avec la construction de la voie de chemin de fer d’Est en Ouest.

Si le Canada était un personnage historique,ce serait Etienne Brûlé, car c’est un personnage dont l’histoire me fascine et nous rappelle que le Canada s’est construit avec de grands explorateurs, dont certains venaient de France.

Si le Canada était une personnalité actuelle, ce serait Sidney Crosby, parce que j’ai demandé à mon fils de me citer un nom de Canadien connu et que c’est sa réponse 😀

Si le Canada était un moyen de locomotion, ce serait un gros truck rouillé qui pue l’essence, parce que franchement on cherche le plus gros et le plus pollueur possible par ici… et un de ces jours, va falloir que ça change !

Si le Canada était un fleuve,ce serait le Saint-Laurent, que puis-je dire d’autre que ce fleuve qui en impose tant et que je croise et recroise que ce soit pour aller à Montréal ou pour descendre plus au Sud…

Si le Canada était un vin, ce serait un vin de glace forcément.

Si le Canada était un média,ce serait Radio Canada, parce que contrairement à son nom, c’est une radio et une télé… et que c’est difficile de passer à côté 🙂

Si le Canada était une date, ce serait le 21 décembre, bien égoistement car c’est devenu mon pays à moi aussi un 21 décembre…

Si le Canada était une couleur, ce serait le blanc… pour l’hiver et la neige, pour cette immensité blanche qui me séduit et m’éblouit tant.

Si le Canada était une mer, ce serait deux mers, ou plutôt deux océans l‘Atlantique et le Pacifique, qui le bordent à l’Est et à l’Ouest et sont à l’origine de sa devise : A mare usque a mare (d’un océan à l’autre)

Si le Canada était une femme, ce serait Michaelle Jean, ancienne gouverneure générale du Canada, envoyée spéciale de l’UNESCO en Haiti aujourd’hui, femme admirable au charisme incroyable. Le seul personnage public d’ici sur lequel je n’ai jamais jamais jamais entendu une mauvaise parole depuis que je suis ici.

Si le Canada était un acteur,ce serait Joshua Jackson… Juste parce que je me rappelle qu’il est Canadien, et acteur dans Fringe, et qu’il est particulièrement cute… et sinon, me posez pas plus de question, je n’ai aucun intérêt particulier pour les acteurs et actrices, ce qui m’amène la question suivante… zut !

Si le Canada était une actrice, ce serait Pamela Anderson, parce que j’ai triché en googglant et que je suis tombée sur elle, et que je ne savais même pas qu’elle était Canadienne… et voilà, le Canada est un pays de diversité !

Et je vais taguer puisque c’est ça Mimi, pour ta vision à toi du Canada ?

Le rêve de Champlain

12 novembre 2011

De David Hackett Fischer

traduit de l’anglais par Daniel Poliquin

Dans Le Rêve de Champlain, l’historien américain David Hackett Fischer brosse un portrait profondément renouvelé et fascinant de cette figure que l’on croyait familière et en fait ressortir les multiples facettes : le soldat, l’espion à la solde du roi, l’artiste doué, le cartographe de génie et le navigateur hors pair.

Champlain a lutté pour la réalisation d’un rêve immense, un Grand Dessein pour la France en Amérique. Pendant trente ans, il a sillonné un territoire que se partagent aujourd’hui six provinces canadiennes et cinq États américains, tout en menant un combat non moins farouche contre les ennemis de la Nouvelle-France à la cour d’Henri IV. Lui qui était né dans un pays ravagé par les guerres de religion, il a encouragé les mariages entre colons et Indiens, il a prêché la tolérance envers les protestants. Il a inlassablement tenté de maintenir la paix entre les nations indiennes, mais il a su quand il le fallait prendre les armes et imposer un nouvel équilibre politique, se révélant ainsi un guerrier et un stratège redoutables. Il a été un leader visionnaire, surtout si on le compare à ses contemporains anglais et espagnols, un homme qui rêvait d’un monde plus humain et vivant en paix, dans une époque marquée par la cruauté et la violence.

Fruit d’une recherche colossale, accompagnée de nombreuses cartes et illustrations, dont plusieurs de la main de Champlain, cette grande biographie, la première depuis des décennies, est tout aussi enlevante que la vie de son modèle.

Après la biographie de Marie-Antoinette, me voici plongée dans celle de Samuel de Champlain, pavé de plus de 900 pages! Voulant approfondir ma connaissance de l’Histoire du Canada, je me suis plongée avec délices dans cette saga suite à un reportage sur les ondes de Radio Canada.

Cette lecture me permet (je n’ai pas encore tout à fait terminé l’ouvrage) de découvrir cette figure emblématique du Canada ainsi que son auteur, l’historien et enseignant américain David Hackett Fischer. Notre découvreur, soldat, navigateur, géographe, diplomate, auteur, né vers 1570 a grandi dans la France déchirée par les guerres de religion entre catholiques et protestants. Cela l’a profondément marqué et suivi toute sa vie, et son rêve de colonisation et d’une Nouvelle-France, au-delà de l’océan, était profondément empreint par sa volonté et ses actions de diplomatie entre les Français et les Amérindiens, les protestants et les catholiques. Il s’est toujours efforcé de privilégier le dialogue, la négociation, la tolérance et la découverte de l’autre au lieu de la force et de la répression comme les ont utilisées les autres Européens sur les continents Américains.

Son héritage de tolérance et d’ouverture est toujours présent dans la société canadienne et cette figure a bien mérité un ouvrage à sa mesure, fruit d’un travail de plus de 20 ans. Cette biographie est accessible à tous, écrit dans un langage clair, regorgeant d’illustrations, de cartes, de dessins d’époque. L’on y découvre pourquoi le Cap Tourmente porte ce nom, comment la Rivière Richelieu s’est retrouvée nommée ainsi, etc.

Et maintenant que je vis en Ontario, j’ai grâce à cela une vision un peu plus précise des nombreux voyages du Sieur de Champlain car il est venu sur les rives de nos lacs, comme sur les rives des rivières maintenant américaines.

Carte de la Nouvelle-France par Samuel de Champlain, 1612

(clic pour la voir en plus grand)

La cage de Londres

18 novembre 2010

de Jean-Pierre Guillet

Il y a un peu plus d’un siècle avait lieu la première invasion de la Terre par les Martiens. Malgré leur supériorité technologique écrasante, les envahisseurs, terrassés par une bactérie, avaient alors perdu la guerre.
Mais quelque temps après ce cuisant échec, les Martiens avaient récidivé et, mieux préparés cette fois, ils avaient vaincu. Depuis lors, les « Maîtres » ont parqué les humains dans de gigantesques enclos et les élèvent comme du cheptel. Car les Martiens se nourrissent de leur sang !
Dans la cage de Londres, George, un mâle qui en est à son premier prélèvement sanguin, noue une étrange relation avec un jeune Maître. Et ce qu’il découvre au fil des semaines ne correspond guère à ce qu’on lui a enseigné : se pourrait-il que les Maîtres n’aient pas toujours été les protecteurs des humains ?

Tout comme le bouquin tiré de ma chronique précédente celui-ci est aussi publié aux Éditions A LIRE mais cette fois-ci, il ne se passe pas à notre époque mais dans un futur apocalyptique…

Comme le montre l’illustration de la couverture, le monde est envahi d’êtres venus d’une autre planète que la nôtre et ces êtres ne sont autres que les Martiens de La Guerre des Mondes d’ H.-G. Wells! J’ignorais que ce mythe de la littérature avait eu une suite, sinon je l’aurai lu depuis longtemps! Je ne vais pas paraphraser le résumé de la quatrième de couverture, que je cite plus haut et qui est issu du site de la maison d’édition, je dirai juste que ce livre de 235 pages était bien trop court et je vous laisse vous plonger dedans.

J’ai l’avantage d’avoir à la maison un passionné de science-fiction et de littérature fantastique, ce qui fait que je peux diversifier mes lectures et passer d’un époque à une autre, en ce moment je lis un roman se passant sous François Ier par exemple.

En allant sur le site de la maison d’édition, vous pourrez lire des extraits du livre, bonne découverte et si  vous le lisez n’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé.

Une fêlure au flanc du monde

12 novembre 2010

de Éric Gauthier

L’instrument du magicien, c’est le monde entier. Le monde a sa propre musique, mais on peut en influencer la mélodie, et c’est là que la sensibilité est essentielle. N’importe qui peut recopier un carré magique en espérant que ça marche, mais pour réussir un sort, il faut être sensible aux nuances du monde qui nous entoure, et ce, avant, pendant et après l’exécution d’un rituel.

Ce premier roman d’un auteur et conteur québécois m’a dérouté au début de ma lecture mais m’a finalement fasciné et j’avais du mal à le lâcher pour faire autre chose!

Les quelques 500 pages et plus de ce roman moderne et urbain, mélange la magie, le surnaturel, la religion et  la vie quotidienne du jeune Malick. Cet oiseau de nuit de Montréal, grande ville urbaine et agitée, doit se réfugier dans la petite ville de son enfance où il se retrouve confronté à  ses souvenirs, ses anciens amours et amis et à un groupe qui fait tout pour ne pas être pris pour une secte.

Plusieurs histoires s’entremêlent au fil des pages et peuvent facilement dérouter, mais au final, ce livre tout à la fois roman policier et ouvrage de science-fiction, qui en temps normal n’aurait fait pas partie de mes lectures privilégiées (les romans historiques) m’a énormément plu et je le conseille sans hésiter.

Aussi, si vous ne faites pas partie de la francophonie canadienne et que vous craignez que certains mots ou expressions typiquement québécois ne vous déroutent, n’hésitez pas à utiliser un moteur de recherche qui sera votre meilleur allié!

source de l’image et du résumé Éditions A LIRE, site où vous pouvez feuilleter ce livre.

L’équilibre du monde

13 octobre 2010

de Rohinton Mistry

L’histoire se déroule au cours des années 1970 et 1980. Dans le même quartier vivent des personnages venus d’horizons très divers : Ishvar et Omprakash, les deux tailleurs – des « intouchables ». Dina, la jeune veuve, qui, pour survivre, se lance dans la confection à domicile. Maneck, descendu de ses lointaines montagnes pour poursuivre ses études. Shankar, le cul-de-jatte, exploité par le maître des mendiants. Bien d’autres encore…

C’est en découvrant le coin francophone d’une des bibliothèques de ma ville que je suis tombée par hasard sur cette brique (je raffole des gros ouvrages) écrite par un auteur torontois d’origine indienne. La communauté indienne est très importante dans le Grand Toronto (la ville et sa banlieue où je réside) et c’est le désir de découvrir un minuscule pan d’une partie de mon entourage qui m’a fait le prendre.

Que dire sur ce roman de plus de 700 pages qui m’habitera pendant longtemps?  Cette Comédie humaine est à la fois tragique, comique, émouvante, haletante, et comme le mentionne la quatrième de couverture, ce ne sont pas seulement des personnages fictifs que le livre nous décrit mais surtout des êtres humains comme vous et moi avec leurs joies, leurs peines, leurs réalités sociales et culturelles (la caste des intouchables), le tout sur un fond historique et politique de l’Inde en plein bouleversement.

Il a été difficile de laisser partir les héros de ce livre tellement attachants avec la lutte quotidienne qu’ils doivent mener pour leur survie, leur(s) indépendance(s), leur statut avec tout le poids des traditions et des coutumes qu’ils portent tel un fardeau indélébile pour certains.

Je garderai de cette plongée dans le monde indien un profond souvenir de joie, de bonheur, et d’amour malgré tous les malheurs et tragédies traversés par les personnages.