Posts Tagged ‘maternité’

Le confident

22 février 2013

de Hélène Grémillon

le confident

Camille vient de perdre sa mère. Parmi les lettres de  condoléances, elle découvre un étrange courrier, non signé. Elle croit d’abord à une erreur mais les lettres continuent d’arriver, tissant le roman de deux amours impossibles, de quatre destins brisés. Peu à peu, Camille comprend qu’elle n’est pas étrangère au terrible secret que cette correspondance renferme.

Dans ce premier roman sur fond de Seconde Guerre mondiale, Hélène Grémillon mêle de main de maitre récit historique et suspenses psychologique.

Un petit coup de cœur que cette lecture du Confident, premier roman de Hélène Grémillon.

Je me suis prise au jeu dès le début en suivant Camille dans son deuil, dans cette lecture de lettres qui lui arrivent, qu’elle prend d’abord pour une erreur, puis comme une manière originale de lui faire parvenir un manuscrit, avant de réaliser petit à petit ce que ces lettres lui révèlent… J’ai beaucoup apprécié ce que l’auteure présente des quatre personnages omniprésents, Camille, Louis, Annie et Élisabeth, qu’ils soient acteurs ou narrateurs… Ainsi des personnages secondaires, comme Paul, mais aussi Sophie. Sans oublier cette façon de montrer la guerre en toile de fond… qui nous parvient par bribes, selon la perception du narrateur dans l’instant.

L’ambiance est vraiment intéressante. La construction en parallèle du présent de Camille et de sa lecture des lettres qui se rapportent au passé apportent une dimension de suspens, une sensation de  progression dans sa découverte du secret.

Il y a beaucoup d’amour dans ce livre, mais il baigne dans la cruauté également. C’est assez étrange de naviguer ainsi entre les sentiments amoureux, l’expression passionnée du besoin d’enfant, et les actes cruels que plusieurs personnages commettent.

L’ensemble se lit extrêmement vite, c’est sans doute ma seule frustration, j’aurais voulu que ça dure encore 🙂

Bref, un coup de cœur ♥

Publicités

Un miracle en équlibre

20 octobre 2011

de Lucia Etxebarria

Loin des clichés, Lucía Etxebarria livre, à travers cette longue lettre d’une jeune mère à sa fille, une réflexion jubilatoire sur la féminité actuelle. Tour à tour drôle, piquante et poétique, elle lui parle des désirs multiples et parfois contraires qui tiraillent le cœur de la femme moderne : être indépendante, attirante, active, aimante exemplaire, l’une après l’autre ou toutes à la fois. Elle lui parle aussi de ses doutes d’écrivain, de l’inspiration capricieuse et de la cavalcade impatiente des idées et des mots. Ce roman bourré d’humour et d’émotion a reçu le prestigieux prix Planeta, équivalent espagnol du prix Goncourt.

Voici encore un de ces livres que j’ai acheté sur délit de titre et de couverture… Cette auteure m’intriguait par les titres de ses romans (J’ai acheté Amour, Prozac et autres curiosités en même temps 😉 )

Et voici un achat que je ne regrette pas et une auteure que je vais continuer à suivre avec grand intérêt.

Ce livre est une lettre d’amour d’une jeune maman à sa fille. Une lettre immature par moment, et extrêmement raisonnable à d’autres, saine et folle à la fois. Cette lettre a ceci d’intéressant qu’elle ne verse ni dans le larmoyant ni dans le « cul-cul la praline » (haha, j’adore cette expression). C’est aussi le questionnement d’une jeune femme par rapport à la maternité, à l’état de mère versus femme, par rapport à un chemin de vie parsemée d’embûches. L’auteure met l’accent sur les doutes, les peines, les frustrations, les joies aussi bien sûr. Le tout baignant dans beaucoup de poésie et d’humour.

Au delà de la relation à sa fille, c’est aussi de la vie en général que parle Éva, l’auteure de la lettre. La difficulté d’être adulte, la relation par rapport aux autres, L’image de soi-même, le fait de s’accepter en tant que femme, avec ses contradictions, ses défauts et ses besoins, la relation par rapport aux hommes. Tout y passe, comme si cette lettre, qui devient un livre, était une sorte de testament d’une mère à sa fille, une passation de tout son savoir, même imparfait pour donner à son enfant le maximum d’outils  pour vivre sa propre vie.

C’est une lecture qui fait naitre beaucoup d’émotions et qui m’a poussé à réfléchir sur beaucoup de sujets.