Archive for février 2012

petite fugue

29 février 2012

de Céline Pouillon

L’aventure extraordinaire de Mélodie, jeune musicienne passionnée lancée à la poursuite d’une note rebelle.
De Paris à New York, une cavale épique, conduite en rythme!

Un petit livre de 45 pages, avec quelques images, à partir de 9 ans, qui se lit très vite et est tout à fait charmant.

Trouvé à la bibliothèque de l’école, je l’ai pris pour ma fille de 9 ans. Finalement je lui ai lu à voix haute par plaisir de lire et d’entendre ces mots.
Le rythme de l’histoire est marqué par le choix du vocabulaire et la syntaxe des phrases.
Les mots, choisis avec soin, décrivent avec précision ce que Mélodie fait et pense, sans que ces détails soient lassants.
Les passages où les synonymes abondent sont un vrai délice:

Une note s’est fait la malle! Envolée! Enfuie! Évanouie! Évaporée! Désintégrée!

La phrase préférée de ma fille est:

“Allons Mélodie, suggèrent-ils [ses parents], s’il te plait, fais une petite bêtise, oh pas une grosse, rien qu’une petite, pour nous faire plaisir!”

Je recommande vivement ce livre, pas seulement aux musiciens en herbe.

Publicités

Ubik

22 février 2012

de Philip K Dick

Attention événement ! Géant et classique incontournable de la littérature américaine en général et de la science-fiction en particulier, constamment pillé par Hollywood depuis des années, Philip K. Dick avait rédigé lui-même un scénario d’adaptation cinématographique d’un de ses plus célèbres romans, Ubik. Ce document fascinant, où l’auteur réinvente sa propre œuvre avec des dialogues percutants et un humour grinçant, est introuvable et très recherché de nos jours en langue américaine. Pétillant d’intelligence et de vivacité, Ubik le scénario est d’une lecture formidablement captivante, intrigante, détonante : du concentré de Dick. Sa traduction en France marque la parution de l’ultime dickien de science-fiction dans notre pays. Philip K. Dick l’a rédigé en 1974 mais il ne fut jamais tourné : ce scénario d’Ubik existe et appartient désormais au monde du  » cinéma invisible « . Chaque lecteur peut en quelque sorte devenir, le temps de sa lecture, le spectateur de son propre cinéma mental

Je connaissais deux classiques de Philip K Dick, à savoir Minority Report et Blade Runner. Une lecture commune organisée par Lise au sein de Livraddict en hommage à un ami bloggeur, fan de SF et décédé il y a peu, m’a donné la motivation pour découvrir Ubik !

Lu en anglais car pas trouvable en francais dans mon coin de pays, j’ai eu un peu de mal, je dois bien l’avouer.

Voilà bien un livre qui n’est pas facile à résumer 🙂 Alors je parlerai plutôt de mes impressions et de mon ressenti à la lecture !

J’ai aimé l’atmosphère générale du livre. Nous sommes dans un monde bien étrange, peuplé d’anti-psys, de télépathes et autres pré-cog. Qui est qui ? Qui vit quoi ? L’auteur excelle à nous faire sentir en position instable. Sommes-nous vraiment où nous pensons être ? Qui est vivant, qui ne l’est pas ? Qu’est-ce qui est vrai, qu’est-ce qui ne l’est pas ? Le lecteur est en continuel questionnement par rapport à l’univers qui lui est présenté… Et si notre perception de la réalité et du temps nous trompait ?

On retrouve un certain nombre de thèmes qui sont visiblement très chers à l’auteur, car également présents dans Minority Report ou Blade Runner, comme la télépathie, la perception du futur ou l’ambivalence de certains personnages (et s’ils n’étaient pas ce que nous pensons qu’ils sont ?)

L’ensemble prend aux tripes et nous empêche de lâcher le livre. (Bon moi non seulement je ne le lâchais pas mais en plus je relisais plusieurs fois certaines phrases, parce que en vo, K.Dick a réussi à m’embrouiller souvent, mais alors vraiment vraiment souvent !)

Je le relirai un de ces jours… car ça me parait être ce genre d’ouvrage qui se révèle petit à petit au fur et à mesure des relectures 😉

Les détectives du temps: tome 4 – La potion du diable

20 février 2012

de Fabian Lenk

Kim, Léo et Julien ont entendu parler d’un élixir ancien qui rend invincible. Décidés à en percer le mystère, les enfants plongent au cœur du temps et se retrouvent en l’an 805, dans un monastère. La communauté est en émoi : un meurtre vient d’y être commis ! La victime possédait une étrange plante… que tous, même les plus érudits, affirment ne pas connaître Persuadés qu’elle sert à élaborer la fameuse potion, les détectives du temps s’engagent dans une enquête de tous les dangers…

Lecture et commentaire par Alexandre, 10 ans, dans le cadre du défi de lecture La zone -15

J’ai bien  aimé  ce  livre  parce qu’il  y avait beaucoup  d`aventures. c`était un  peu  facile.  Je  voudrais  bien  trouver un livre  pareil  mais  un  peux  plus  dur.

La plupart  du  temps  je  voulais  continuer  à  le  lire  parce que  je voulais  savoir ce  qui  allait  arriver après.

Les imperfectionnistes

11 février 2012

de Tom Rachman

Les imperfectionnistes Tom Rachman

Ils sont pathétiques, ils sont incompétents, ils sont harcelés par le destin. Bref, ils sont irrésistibles. Ces éternels abonnés à l’infortune ont tous en commun de graviter autour d’un anonyme et farfelu journal international basé à Rome. Sous la houlette du très incapable directeur de la publication Oliver Ott, petit-fils de l’énigmatique fondateur du quotidien, il y a entre autres Lloyd Burko, vieux correspondant à Paris, au bout du rouleau et prêt à tout pour vendre un article ; Arthur Gopal, le préposé aux nécrologies et aux mots croisés, frappé par une tragédie familiale qui va donner un ironique coup d’accélérateur à sa carrière ; Winston Cheung, pigiste débutant au Caire, vampirisé par un reporter sans foi ni loi ; Ruby Zaga, la vieille fille persuadée (à raison) d’être la paria de la rédaction ; ou encore Ornella de Monterrecchi, lectrice un peu trop scrupuleuse à qui sa fidélité exhaustive a coûté vingt ans de retard sur l’actualité…
Exubérant de vitalité et saisissant de vérité humaine, ce premier roman magistralement orchestré, en narrant les mésaventures de ces quelques « chiens écrasés » de l’existence, compose aussi une fresque d’un demi-siècle sur les coulisses d’un univers rarement exploré par la fiction, celui de la presse.

Voici un livre que l’on m’a offert. Typiquement le genre de livres que j’aurai choisi sur délit de titre et de couverture 🙂

Construit en 11 chapitres, suivant chacun un personnage particulier, que ce soit un vieux correspondant à Paris, un pigiste débutant, la DRH, ou même une vieille lectrice abonnée fidèle du journal, ce livre aborde l’univers de la presse sous un jour très caustique et avec la menace quasi omniprésente de la rentabilité et de la fermeture.

J’ai vraiment apprécié cette lecture, la description des personnages, les mises en situation. D’une manière générale, j’aime beaucoup les romans à multiple personnages. Ça apporte une dynamique particulière à laquelle je suis souvent très réceptive. Celui-ci est quasiment une succession de courtes nouvelles se passant toutes dans le même univers.  Quelques liens sont faits mais globalement ces chapitres sont très indépendants. Étrangement, celà donne malgré tout  une unité au livre.

On suit ces personnages, certains dès les débuts du journal, d’autres plutôt sur la fin. Cette entreprise apparait comme une multitude de petits univers, tentant de survivre chacun de leur côté, mais dépendant tous les uns des autres…. On y voit le côté humain, le côté pro de chacun des protagonistes. Certains sont mous, d’autres durs, beaucoup ambitieux, carriéristes, d’autres encore plein d’idéaux.

L’auteur sait jouer avec les émotions et fait naitre de la tendresse, de la tristesse, de la sympathie pour ces personnages la plupart assez mal en point, sans oublier une pointe d’humour. C’est une très belle découverte pour moi. 🙂

L’honneur de Sartine

8 février 2012

de Jean-François Parot

L'honneur de Sartine - Nicolas LeFloch - Jean Francois Parot

1780, la France en guerre aux côtés des Insurgents américains peine à financer les opérations maritimes contre l’Angleterre. Alors qu’il affronte la colère du peuple au cimetière des Innocents où les cadavres croulent dans les maisons, Nicolas Le Floch est appelé pour enquêter sur la mort suspecte d’un ancien contrôleur général de la marine.
Que dissimule cet apparent accident domestique ? Quels secrets divisent la famille de Ravillois ? Qu’a-t-on dérobé dans la chambre du défunt où se rencontrent tant d’étranges indices ? Pourquoi de précieux vases chinois disparaissent-ils? Que redoutent le roi, Sartine et Necker pour s’intéresser autant à l’affaire ? Dans cet imbroglio, quels rôles jouent financiers, traitants et l’ennemi anglais ?
De Versailles aux Porcherons, de la basse-geôle aux hôtels particuliers du nouveau Paris, le commissaire des Lumières et ses amis, anciens et nouveaux, se mettront en chasse, affrontant les embûches d’un dangereux adversaire aux multiples apparences avant un dénouement surprenant. Face aux périls, aux cabales et aux menaces de défaveur, cette neuvième enquête sera aussi l’occasion pour Nicolas Le Floch, acteur et témoin du siècle, d’un poignant retour sur lui-même.

Je suis une adepte des aventures de Nicolas Le Floch et je me suis encore une fois plongée avec délice dans une de ses enquêtes !

J’aime cette série pour de multiples raisons. La première étant que c’est une période de l’Histoire de France qui m’intéresse et que les enquêtes sont toutes des prétextes à découvrir des évènements, ayant réellement eu lieu, et ayant généralement eu une influence non négligeable sur l’Histoire… J’aime aussi, et ne le dirais jamais assez les découvertes culinaires que nous faisons en accompagnant Nicolas et son acolyte Bourdeau. Les descriptions des mets sont extraordinaires, tout y est présent, du contenant au contenu, des couleurs aux odeurs. On est quelques fois alléchés, souvent dégoutés, mais jamais laissés indifférents par la nourriture qui est comme un personnage récurrent de toute la série 🙂

J’apprécie aussi le fait que cette série avance dans le temps… 20 ans se sont écoulés depuis l’arrivée de Nicolas Le Floch à Paris, il a vieilli… mûri. Son entourage aussi.

Côté contexte historique, la Révolution est toute proche. Le Peuple parisien saisit toutes les occasions pour manifester son mécontentement. La tension est palpable. La passion de Le Floch pour la politique nous fait découvrir la situation sous un jour que ne nous présentent jamais les manuels scolaires. Le tout est réellement passionnant.

Les pérégrinations des personnages dans Paris et Versailles sont décrits avec force détails, de même que les vêtements (Le Floch est coquet dans son genre 😉 )

L’enquête quant à elle reste classique mais intéressante. Un certain document pourrait causer grand tord à Sartine et Nicolas fait tout en son pouvoir pour résoudre l’enquête sans nuire à l’honneur du Ministre de la Marine. Les descriptions détaillées des investigations de Le Floch et de Bourdeau, les compte rendus précis, les indices obtenus à coup d’informateurs diligents… le tout forme un ensemble  qui se lit extraordinairement bien.

Oui, je suis fan, et attends avec impatience de pouvoir lire le 10ème opus, sorti en ce début d’année 🙂

Le mur tome 1: La peste animale

6 février 2012

de Emma Clayton

Le mur Emma Clayton

Cinquante ans ont passé depuis la grande Peste animale. La Terre est divisée en deux par un gigantesque mur : d’un côté les humains en quarantaine, entassés dans d’immenses villes sinistres. De l’autre, les animaux féroces, susceptibles tomber malades à nouveau. Dans une de ces villes en béton, Mika, 12 ans, ne se remet pas de la disparition de sa sœur jumelle, Ellie. Tout le monde la croit morte et ses parents en ont fait le deuil. Seul Mika est persuadé qu’elle est toujours vivante. Doué de pouvoirs qu’il ne maîtrise pas encore, il ressent des choses que les autres ne voient pas et va se lancer à corps perdu à la recherche de sa sœur. Mais de l’autre côté du Mur, la vérité est loin d’être celle que l’on croit !

Lecture et commentaire par Camille, 12 ans, dans le cadre du défi de lecture La zone -15

J’ai lu un livre qui s’appelle Le Mur and je l’ai beaucoup aimé. C’est à propos d’une aventure entre deux jumeaux, frère et sœur. Un se fait enlever et ils doivent utiliser un lien spécial qu’il y a entre eux. J’aime beaucoup les livres d’aventures et Le Mur est l’un de mes préférés. Il y a une suite de Le Mur et je vais essayer de la trouver et j’ai très hâte. Au début je ne comprenais pas trop ce qui se passait mais après deux ou trois chapitres, je ne pouvais pas arrêter de lire… J’espère trouver bientôt la suite pour la lire le plus vite possible. J’espère bien que la suite va être aussi bonne que le premier livre, ou peut-être même meilleure !!!