Archive for janvier 2013

Le gout du bonheur : Florent

30 janvier 2013

de Marie Laberge

FLorent Trilogie Le gout du bonheur Marie Laberge

Les turbulences de la vie et de la guerre ont brisé Adélaïde. Seule la très ancienne affection de Florent éclaire encore ses journées. Et ce dernier, devenu un couturier célèbre dans le monde entier, n’a pas été épargné lui non plus : il entretient désormais une liaison agitée avec un acteur. Il va devoir une fois encore soutenir sa vieille amie car Adélaïde finit par tout apprendre sur son défunt mari… mais est-il encore temps de souffrir ?
Les destins se heurtent et se conjuguent à la recherche d’une sérénité incertaine et toujours dérobée. Même si le sort en est jeté, les personnages ballottés par la vie conservent, envers et contre tout, le goût du bonheur…

La trilogie du Gout du Bonheur se termine en beauté avec Florent.

Si j’avais lu deux ou trois critiques parlant de leur déception à la lecture de ce troisième tome, je n’ai pas du tout eu cette impression. Le rythme est différent, mais dans la lignée des deux premiers. Florent y est bien malmené, mais Adélaïde en reste le personnage majeur.

L’évolution de la situation de la femme dans la société québécoise d’après guerre, l’homosexualité, l’arrivée de la psychanalyse, le monde des affaires sont autant de thèmes abordés, ou poursuivis des précédents tomes. Si l’alternance des extraits de l’analyse de Léa avec le reste de l’action m’a un peu ennuyé au départ, je me suis finalement prise au jeu et j’ai plutôt apprécié cette construction enchevêtrée.

Les drames et rebondissements se succèdent à un bon rythme. Et toujours omniprésente, cette volonté de trouver le bonheur, de résister au malheur.

Je garderai un excellent souvenir de cette série qui m’a séduite dès le premier tome et je reste une fan de Marie Laberge que je connaissais avec un autre genre dans Sans Rien ni Personne. J’ai déjà dans ma pile a lire un autre de ses livres, affaire à suivre 😉

Publicités

La vie épicée de Charlotte Lavigne, Tome 3 : Cabernet Sauvignon et shortcake aux fraises

23 janvier 2013

de  Nathalie Roy

Charlotte Lavigne tome 3

Charlotte Lavigne revient en force ! Après l’expérience parisienne racontée dans le deuxième tome, elle est de retour au Québec, peut-être enceinte. À l’aube de ses trente-cinq ans, elle coanime l’émission Mangues et prosciutto avec P-O, le célèbre et séduisant chef.

Avec une carrière qui prend son envol, elle tente d’effacer les derniers mois difficiles et veut se refaire une nouvelle vie à Montréal. Arrivera-t-elle à oublier son beau Maxou ? Le reverra-t-elle ? Divorceront-ils ? Trouvera-t-elle l’amour, le bon, le vrai, cette fois-ci ? Et avec qui ?

La trilogie de La Vie épicée de Charlotte Lavigne a rapidement pris sa place dans le coeur des lectrices. Cette fois, nous assisterons à l’épanouissement professionnel de Charlotte et… au dénouement de sa vie amoureuse. Ce ne sera pas simple, il y aura des débordements et même des explosions ! Car vivre dans l’univers de Charlotte Lavigne, ce n’est pas de tout repos, et le quotidien prend souvent une tournure pour le moins divertissante !

Et voici le troisième tome de cette série fermé. Sans grande surprise, quoi que…

La sauce qui tient l’ensemble reste la même : une recette qui fonctionne bien, qui ne m’a pas emballé outre mesure mais j’avais commencé à me lasser un peu dans le dernier tome déjà. Une surprise quand même pour le dénouement.

Je ne m’étendrais pas plus sur ce tome. La chick-lit n’est décidément pas mon genre littéraire de prédilection, bien que je ne puisse que rarement m’empêcher de craquer pour quelques ouvrages. Je suis de celles qui tombent dans le panneau d’une couverture rigolote ou d’un titre attractif. Pour cette série, le fait que la bouffe soit un des sujets de prédilection de l’héroïne m’a fait craquer 🙂

Je reste convaincue qu’il y a des moments pour lire de la chick-lit et d’autres où je ne suis pas du tout réceptive. Ces derniers temps, j’étais câblée pour autre chose !!

Carnet de rencontres au Cambodge : au fil des routes

16 janvier 2013

de Sophie et Christian Provoost

Carnet de rencontres au Cambodge : au fil des routes

Sophie et Christian Provoost parcourent les routes du Cambodge où ils habitent depuis une dizaine d’années. Leurs nombreuses balades à travers le pays les ont amenés à regarder, écouter et apprendre des Cambodgiens qui parlent peu mais ont tant à partager.
Derrière les enseignes colorées des bords de route, dans des échoppes de bric et de broc, ils ont découvert des personnages attachants, exerçant des métiers originaux et souvent pittoresques, aux savoir-faire et aux talents uniques.
Ce recueil de photos et de textes est le témoignage tendre et chaleureux des ces quelques rencontres authentiques avec ceux qui leur ont ouvert leur porte et ont accepté de partager avec sincérité leur vie quotidienne, leurs difficultés et leurs espoirs.

Je suis tombée sous le charme de ce petit recueil de photos, dont l’un des auteurs est une amie vivant au Cambodge.

Les auteurs nous présentent des personnages aux métiers originaux ou non, ont photographié leurs enseignes, quelques fois désuètes mais toujours pleines d’histoire,  et ils nous résument en quelques mots leurs entretiens. On lit avec intérêt les positions de ces Cambodgiens pleins de ressources et d’espoir.

Le tout est fait avec beaucoup de tendresse, on sent un attachement véritable pour le pays et ses habitants ainsi qu’une grande admiration.

Merci encore Sophie pour avoir fait voyager ce livre à l’autre bout du monde. Il m’a fait rêver qu’un jour peut être, je ferai le voyage dans l’autre sens !!!

Les chaussures italiennes

11 janvier 2013

de Henning Mankell

chaussures-italiennes-henning-mankell

Fredrik Welin vit en reclus sur une île de la Baltique. A soixante-six ans, sans femme ni amis, il a pour seule activité une baignade quotidienne dans un trou de glace. L’intrusion d’Harriet, l’amour de jeunesse abandonnée quarante ans plus tôt, brise sa routine. Mourante, elle exige qu’il tienne une promesse : lui montrer un lac forestier. Fredrik ne le sait pas encore, mais sa vie vient de recommencer.

Vu le titre de cet ouvrage, je ne pouvais pas envisager un instant de ne pas le lire… Et oui, je sais bien, je ne peux pas résister aux chaussures, sous quelque forme que ce soit !

C’est un livre bien étrange que celui-ci. Le narrateur est un vieil homme qui vit reclus sur une île de la Baltique. Il a visiblement « abandonné » le monde suite à un drame professionnel.
Quand Harriet, une femme qu’il a aimée et abandonnée il y a longtemps, arrive soudainement, sa vie est totalement bouleversée. La routine qu’il s’était mise en place vole en éclat. Il doit quitter son île pour lui montrer un lac en plein forêt pour tenir une promesse qu’il lui avait faire quarante ans plus tôt!

Ce voyage vers ce lac n’est que le début du bouleversement !

J’ai beaucoup aimé l’écriture simple et bourrue de ce livre qui est une grande introspection d’un homme en fin de vie et confronté à ses peurs et ses échecs. Ce n’est pas un livre facile à lire, pas du tout. Mais on y revient, on ne le quitte jamais complètement. Les descriptions sont superbes, les atmosphères très bien posées.  Le froid ambiant campe la froideur du narrateur, son retrait de la vie. Les personnages sont attachants, fragiles, blessés. C’est un livre sur les regrets, sur les doutes, sur les mensonges d’une vie.

Et les chaussures italiennes ? Elles sont une sorte de fil rouge mais je n’en dirais pas plus  😉

Autre Monde, tomes 1 à 3 : L’alliance des Trois, Malronce & Le coeur de la terre

6 janvier 2013

de Maxime Chattam

Autre Monde L'alliance des Trois Maxime Chattam

Personne ne l’a vue venir. La Grande Tempête : un ouragan de vent et de neige qui plonge le pays dans l’obscurité et l’effroi. D’étranges éclairs bleus rampent le long des immeubles, les palpent, à la recherche de leurs proies… Quand Matt et Tobias se sont éveillés, la Terre n’était plus la même. Désormais seuls, ils vont devoir s’organiser. Pour comprendre. Pour survivre… à cet Autre Monde.

Je ne connais pas Maxime Chattam tant que ça. J’ai beaucoup apprécié Le sang du temps dont j’ai déjà parlé sur ce blog mais je n’ai jamais été cherché plus loin vers ses autres œuvres, essentiellement parce que j’avais lu par ci par là que sa fameuse trilogie nécessite un cœur bien accroché. Mais une amie m’a parlé dernièrement de cette série de l’Autre Monde, écrite pour les ados et je l’ai donc lu avant de la transmettre à ma grande 🙂

Encore une histoire de fin du monde me direz-vous ? Oui, les ados n’ont que l’embarras du choix ces dernières années, entre les mondes dystopiques et les scénarios catastrophes de fin du monde, il va leur falloir redoubler d’effort pour garder les pieds sur terre et affronter leur routine 🙂

Autant vous le dire tout de suite, je sais d’ores et déjà que ma fille va adorer. Le thème, les personnages, l’ambiance vont l’enthousiasmer. Maxime Chattam met en scène trois jeunes ados dans un monde où les adultes ont, dans le meilleur des cas disparu, dans le pire se sont transformés en créatures malfaisantes. Le monde dans lequel ils se sont reveillés n’est plus le même et il faut apprendre à survivre. Par ailleurs, Matt fait des rêves ou des cauchemars qui le poussent à fuir vers le sud. On les suit dans leur voyage, dans leurs rencontres, dans leurs combats pour leur survie et celle des clans d’enfants qui se sont constitués un peu partout.

Quand je lis des romans pour les ados, j’essaye toujours de les lire en mettant à la fois à la place de mes enfants et dans mon rôle de maman livrophage. Et pour vous l’avoir dit assez régulièrement, j’ai assez souvent le même reproche… Pourquoi simplifier le texte à outrance sous le prétexte que ce sont des ados qui vont le lire ? Ces ados seront sous peu de jeunes adultes, autant niveler par le haut me semble-t-il… Toujours est-il que ces trois premiers tomes à ce niveau m’ont semblé plutôt pas mal. Les descriptions des personnages et des lieux sont bien faites, le texte n’est pas compliqué mais pas simpliste non plus. En tant qu’adulte, il faut passer outre le fait que les héros soient des enfants, mais ça se fait 😉

De nombreux rebondissements rendent la lecture facile et fluide. Presque trop car une fois le Raupéroden démasqué, il reste peu de doute sur l’identité de la Reine. Mais l’ensemble tient vraiment la route.

Petite remarque de principe, pourquoi laisser des marges aussi conséquentes pour ce livre ? Surconsommation de papier totalement inutile à mon humble avis.

IMG_0369

 

Au bord de la rivière, tome 1 : Baptiste

3 janvier 2013

de Michel David

auborddelariviere-1-baptiste

Dans cette nouvelle grande saga, Michel David nous entraîne au cœur de notre histoire, cette fois au temps de la colonisation, dans une province de Québec en plein développement. En 1870, au bord de la rivière Nicolet, une région agricole s’affirme et veut devenir une paroisse autonome. Des cultivateurs francophones et anglophones s’affrontent: les Canadiens contre les Irlandais, les Beauchemin contre les Ellis, les Rouges contre les Bleus, le rang Saint-Jean contre le rang Sainte-Ursule. Seules une mission et une religion communes les forcent à cohabiter. Émotions intenses, dialogues colorés, personnages attachants: les fidèles lecteurs de Michel David retrouveront avec plaisir le ton et l’univers uniques de ce grand romancier populaire trop tôt disparu.

Saga découverte sur internet, téléchargée en un tour de main et lue tout aussi rapidement !

Je suis friande de ces romans sur fond historique québécois et je n’avais jusqu’à présent lu que des auteurs féminins, mettant la plupart du temps en scène des héroïnes colorées. Cette saga est donc la première que je lis qui soit écrite par un homme et je l’ai beaucoup aimée !

Nous sommes en 1870, à la campagne. Les villages se construisent et s’agrandissent. Les fermes s’étendent. La vie est dure, mais apporte aussi son lot de satisfaction à des québécois durs au mal et au malheur. Cette série suit une famille en particulier, celle de Baptiste et Marie Beauchemin et de leurs enfants.

Il est particulièrement intéressant de les suivre dans ce premier tome qui met en scène à peu près toute une année. De mars au jour de l’an suivant, Michel David nous décrit la vie d’une famille dans son quotidien, le temps des érables, le défrichage des parcelles, les semailles, les grands ménages de printemps ou d’automne, les labours, les fêtes religieuses. L’ensemble est décrit avec minutie et tendresse. On s’attache à chacun des personnages pour leurs qualités, mais aussi leurs défauts.

L’aspect historique est illustré ici par l’omniprésence religieuse, et la montée de la politique. Conservateurs et libéraux s’affrontent déjà ! Le village est peuplé de francais et d’irlandais et la rivalité est tenace entre les deux clans.

Ce premier tome se lit d’une traite et la fin nous laisse impatient de la suite…