Posts Tagged ‘auteur belge’

L’orage

23 avril 2012

de Jacques Mercier

L'orage Jacques Mercier

Voici un petit livre électronique que j’ai gagné en participant au concours hebdomadaire de Vendredilecture. Comment ça, vous ne connaissez pas? Allez vite faire un tour sur leur site!

Je voulais aussi remercier les éditions onlit qui m’ont donc fait parvenir cet ouvrage.

C’est un bienheureux hasard, mais voilà que cette lecture parle de livres!!!

Un homme, Sylvain, fait le vide dans sa bibliothèque car il vient de découvrir les livres électroniques… Quelle drôle d’idée…. Personnellement, je ne pourrais jamais 😉

Enfin, nous voici donc en compagnie de ce vieil homme, qui repense à sa vie en même temps qu’il trie ses livres.

Le livre oscille d’un chapitre à l’autre entre cet homme Sylvain, et l’auteur, qui se questionne finalement sur ce qu’il est en train de créer, notamment sur son personnage.
C’est assez surprenant au départ, mais j’ai finalement plutôt aimé ce genre d’introspection 🙂

Pas d’action dans cet ouvrage, des réflexions en tous genres… Celles d’un homme vieillissant, d »un amoureux des livres, d’un créateur… des réflexions qu’on peut s’amuser à prolonger de façon personnelle….

Une belle et courte expérience… ma deuxième en matière de lecture électronique. Bizarre, je ne sais toujours pas si j’aime vraiment ça !

Publicités

Le voyage d’hiver

11 novembre 2011

de Amélie Nothomb

Zoïle est tombé éperdument amoureux de la douce Astrolabe, mais la jeune femme consacre tout son temps à Aliénor, une romancière géniale quoique légèrement attardée. Par dépit, il décide de détourner un avion et de l’envoyer percuter la tour Eiffel. A moins que…

Encore un livre de Nothomb qui se lit en une heure… Encore un livre loufoque avec des personnages originaux… et des prénoms à coucher dehors. Encore cet humour caustique qui la caractérise.

D’une manière générale, Amélie Nothomb maitrise à merveille l’art de nous étonner, de faire rire, de choquer, de dégouter… le tout en l’espace de 3 ou 4 lignes. Elle joue avec les mots et les phrases avec une dextérité qui me laisse à chaque fois pantoise…

le personnage de Zoïle est relativement « détaillé », nous le suivons dans ses pensées et dans son récit sur ce qui l’a conduit à entreprendre ce projet de détournement d’avion… mais je trouve décevant que Astrolabe et Aliénor soient à la fois si présentes et si peu floues. A moins que ce ne soit volontaire… On se sait jamais avec cette auteure 🙂

Cette lecture m’a fait ressentir ce livre comme un peu plus « facile » par rapport aux précédents… pas en terme de lecture mais plutôt du point de vue de l’écriture… comme si l’auteure l’avait un peu fait « à l’arrache » !

Bref, si Le voyage d’hiver n’est pas mon préféré et de loin, il reste cependant pour moi représentatif du genre « Amélie Nothomb ».

Yoko Tsuno Tome 24 : le septième code

25 janvier 2011

de Roger Leloup

Le septième code Yoko Tsuno Roger Leloup

Je me suis fait un petit retour en enfance en ce début de semaine en lisant ce tome d’une série dont j’ai été fan depuis le début… les aventures d’une électronicienne japonaise Yoko Tsuno !

Je ne vais pas dire que j’ai été enthousiasmée, ce serait mentir 😦 même si je ne rejette pas tout de ce tome.

L’histoire… Ca fait déjà plusieurs tomes que le scénario me laissait un peu froide ou tout au moins sur ma faim… Mais je mets ça sur le compte de mon grand âge maintenant… alors que j’étais tant emballée étant gamine… Mais quand même… Je trouve cet épisode un peu trop surchargé…

Les personnages… je suis déçue de voir que Vic et Pol sont de moins en moins présents. J’aimais le côté tempérant de Vic et la gentille folie de Pol… ce dernier devient en plus un grand gamin et… bof… Je n’avais pas forcément adoré la comtesse, alors la voir réapparaitre me laisse froide. Et une autre jeune fille apparaît qui semble être destinée à revenir, en la personne de Emilia… Bon, elle a du caractère, des dons certains… Affaire à suivre.

Le dessin… Alors là, je suis pas mal déçue. Et je suis allée refeuilleter mes vieux tomes pour être certaines que je ne rêvais pas… Mais non, le dessin évolue d’une façon qui me déplait. Les visages deviennent de plus en plus anguleux… Les femmes se ressemblent toutes, les hommes pas mal aussi (ca a toujours été un peu le défaut, mais dans ce tome, ça me saute encore PLUS aux yeux.) Les décors en revanche sont toujours aussi fouillés… Rien à dire de ce côté-là à mon avis…

Voilà, mon petit retour en enfance m’a quand même fait du bien… et je vais me procurer la Servante de Lucifer, le tome qui est sorti cette année… parce que j’ai l’impression que les Vinéens sont de retour et j’ai toujours eu un faible pour les amis bleus de Yoko…

Ni d’Eve, ni d’Adam

20 octobre 2010

de Amélie Nothomb

 Ni d'Eve ni d'Adam Amélie Nothomb

Stupeur et tremblements pourrait donner l’impression qu’au Japon, à l’âge adulte, j’ai seulement été la plus désastreuse des employés. Ni d’Eve ni d’Adam révèlera qu’à la même époque et dans le même lieu, j’ai aussi été la fiancée d’un Tokyoïte très singulier.

J’ai eu comme toujours beaucoup de plaisir à lire ce livre de Nothomb. On y découvre une autre partie de son séjour en tant qu »adulte au Japon. Alors que Stupeur et tremblements montre son incapacité à s’adapter au monde du travail à la japonaise, ce roman, toujours aussi court, met en scène sa vie en dehors des études et du travail, et ses rencontres.

Comme d’habitude, j’ai beaucoup apprécié l’écriture de Amélie Nothomb, ses réflexions sur les codes de la société japonaise, l’autodérision dont elle fait preuve, l’amour qu’elle porte à ce pays de par son enfance, les diverses petites anecdotes, les délires de vocabulaire…

A la différence des autres livres que je connais, j’ai trouvé qu’il y avait plus de légèreté et de tendresse… Il y a moins de grincements… je ne sais pas comment le dire autrement 😉

C’est un très beau complément à son expérience en entreprise. Je ne me lasse pas de lire ses livres… et vu son débit, j’en ai encore en stock !!!