Posts Tagged ‘New-York’

Tosca

19 août 2010

par Desberg & Vallès

Tosca L'âge du sang Desberg Vallès

Tosca Le choix d'Angelina Desberg VallèsTosca Dans le meilleur des mondes Desberg Vallès

Un homme, brisé par l’overdose de son frère puis le suicide de sa mère, se venge en assassinant deux dealers de drogue dans la rue en pleine journée. Condamné à mort, il est récupéré secrètement par la DEA (Agence de lutte contre la drogue aux USA) pour endosser l’identité du fils du parrain du clan Tosca. Les services souterrains de l’état américain ne laissent rien au hasard : chirurgie esthétique, préparation minutieuse, et même assassinat du véritable John Tosca !
Au moment où le nouveau John est prêt à s’infiltrer, sa « famille » a des problèmes avec un clan rival qui veut bousculer l’ordre établi et s’affranchir des vieilles lois. Il se retrouve très vite impliqué plus qu’il ne le souhaitait dans une guerre des gangs sans merci.
Frissons, violence et suspense sont au rendez-vous de ce polar original réalisé de main de maître par de très grands noms de la BD !

Je me souviens très bien de la fois où j’ai acheté ce cycle… dans la boutique de bandes dessinées de Évry… Me demande si elle existe toujours… Ce jour là, j’avais une furieuse envie de dépenser des sous, une envie de BD, j’en avais ras le bol des BD qui démarrent et n’ont jamais de fin… Bref, le petit vendeur m’a proposé ce cycle qui était déjà tout fini et pof, il m’a convaincu (c’était facile en fait !)…

La collection Grafica de Glénat a vraiment de superbes albums, dont j’aime vraiment le dessin… Et avec Vallès dans le duo d’auteurs, je m’attendais à aimer !

Le thème n’est pas très compliqué… New-York… Le monde de la drogue… La mafia… La lutte anti-drogue…

Mais dans ce monde, un homme, condamné à mort pour avoir assassiné un dealer, se voit proposer un marché par le département de lutte conter la drogue : prendre la place du fils aîné de la famille Tosca, clan mafieux de New York. A peine a-t-il pris contact pour s’infiltrer qu’une partie des membres de la famille est assassinée… Victimes d’autres mafieux ! John Tosca se retrouve donc très rapidement à la tête de son clan et plongé dans les ennuis, dont Angelina, fille du chef d’un clan rival, n’est pas le moindre !

Voilà donc un cycle de 3 albums qui déménagent ! Si le premier tome campe l’action dans sa majeure partie, le reste des trois volumes enchaîne règlements de comptes en tous genres, explosion, bastons, jalousies, amours, etc… Oui, un peu convenu quand on parle de Mafia, d’accord… mais j’ai eu beaucoup de plaisir à découvrir cette série… et à la redécouvrir cette nuit aussi, car je ne l’avais pas touchée depuis 5 ans.

Publicités

Tout ce que j’aimais

16 juillet 2010

de Siri Hustvedt

Tout ce que j'aimais Siri Hustvedt

 

 » Bill leva son verre. « A nos travaux, lança-t-il d’une voix sonore. Aux lettres et à l’art. « Il s’était laissé aller et je me rendais compte qu’il était un peu ivre. Sa voix se brisa sur le mot art. » Un jour qu’il visite une exposition collective, Léo Hertrberg reste fasciné devant l’autoportrait d’un inconnu, William Wechsler. Intrigué et profondément séduit, il décide de rendre visite à l’artiste. Cette rencontre marque le début d’une fantastique amitié qui lie aussi rapidement leurs compagnes. Ensemble, ils vont vivre et créer l’art, l’amour, la paternité… Jusqu’à ce que la réalité les arrache à ce rêve collectif.

 

Voici un livre qui marque…

Une histoire d’amitié, dans les années 70, entre deux familles new-yorkaises. Les deux couples ont chacun un enfant, ils évoluent tous les deux dans le milieu de l’Art, habitent le même immeuble et sont liés par une très forte amitié. Siri Hutsvedt décrit leur évolution aux rythmes des évènements tragiques qui s’amoncellent, perte d’un enfant, drogue, séparation.

Elle nous narre avec beaucoup d’émotions le bouleversement de ces deux familles, et surtout la vie du narrateur, Léo, qui s’écroule, petit à petit, au fur et à mesure que tout se désagrège autour de lui.

C’est un livre très intense et je me souviens que la première fois que je l’ai lu, j’ai écrit à ma gang de copines « Il va falloir que je m’en remette !!! C’est beau et horrible… Je suis vraiment très retournée…
Demain tour obligatoire à la Librairie pour trouver un bouquin rigolo et tout fou… Il m’en faudra au moins 4 ou 5 pour pouvoir repartir dans ma pile de bouquins de la maison… »