Posts Tagged ‘humour’

Malavita

20 novembre 2011

de Tonino Benacquista

Une famille apparemment comme les autres.
Une chose est sûre, s’ils emménagent dans votre quartier, fuyez sans vous retourner…

Une petite relecture pour une nuit presque blanche… Je vous ai déjà dit que je suis une fan de Benacquista ? Oui, je vous ai déjà parlé de Saga… le premier que j’avais découvert de cet auteur…

Malavita, c’est l’histoire d’une famille pas ordinaire, mais alors… pas ordinaire du tout !!!!!!!

Fred, alias Giovanni, le père a décidé de balancer ses anciens collègues mafieux et toute la famille privilégie donc du programme de protection des témoins du FBI. Ils emménagent en France dans un petit village…

Totalement désoeuvré, Fred décide d’écrire ses mémoires… Tout un programme pour un ancien tueur de la Mafia, n’est-ce pas ?

Benacquista dépeint cet homme d’une manière hilarante… Tueur sanguinaire, sans remords ni aucun état d’âme, gentil bonhomme qui ne comprend rien à la vie « normale »… Une tonne d’humour, pas mal de sarcasme et d’ironie…

Et que dire de la mère et des enfants… Warren, le fils est excellent 🙂

L’ensemble donne un moment de lecture extrêmement agréable… que l’on peut poursuivre avec la suite « Malavita, encore ». Personnellement, j’ai trouvé ce second opus un peu moins bien… mais l’effet de surprise n’était plus là, c’est sur…

En tous cas, Malavita se lit et se relit toujours avec beaucoup de plaisir… sourire aux lèvres garantis !!!

Publicités

Le puits des histoires perdues

8 juillet 2010

de Jasper Fforde

Le puits des histoires perdues Jasper Fforde

Même poursuivie par une multinationale qui a juré sa perte, la star des détectives littéraires a droit à un congé maternité ! Pour Thursday Next, ce sera un séjour secret dans un mauvais thriller, un de ceux qui croupissent au fond du Puits des Histoires perdues. Ici, sous l’œil de la toute-puissante Jurifiction, on recycle les livres de seconde zone comme les classiques oubliés de la littérature, on pioche un personnage par là pour le remettre ailleurs, on réduit le texte en mots quand il n’y a plus d’espoir. Mais très vite, Thursday doit quitter sa planque. Le Minotaure s’est échappé, semant la pagaille dans le Monde des Livres…

Heu oui, je vous l’avais pas dit ? J’ai craqué pour la suite des aventures de Thursday Next… et pas juste pour ce tome-là… non, non, non… j’ai pris les trois tomes qui me manquaient… Je sais : c’est pas bien…

Ce tome remplit les attentes que j’en avais. Toujours aussi extravaguant, on vit cette aventure dans les livres, au milieu de personnages littératures, certains fameux, d’autres plus modestes, quelques illustres inconnus et toute la multitude des « apprentis » personnages. J’ai trouvé cette idée géniale, j’en rigole encore…

Dans cet épisode, Thursday est en formation pour travailler dans la Jurifiction. En parallèle, et aidée par sa grand-mère (la fameuse mamie qui ne pourra mourir que quand elle aura lu les 10 livres les plus ennuyeux de toute la littérature), elle se bat pour ne pas oublier Landen, son mari, dont elle est enceinte, et qui a été éradiqué à l’âge de 2 ans ! (Comment ça, vous suivez pas… Allez zou, retournez tout de suite dans les tomes précédents…)

On découvre la vie des histoires de leur conception à leur publication… on saisit l’importance du combat contre les vyrus ortografiques… et franchement, maintenant que je sais comment un personnage meurt quand il en attrape un, je ferai attention PROMIS JURÉ !

Un détail dont je n’ai pas parlé dans les deux premiers tomes et que je trouve excellent… J’adore la façon dont Jasper FForde (et l’éditeur, je suppose) joue avec les polices de caractères, les notes de bas de page, les caractères gras ou pas… C’est excellent (oups, je me répète, je crois que je vais avoir un problème avec l’écho-chaisplusquoi…)

Bon, vous l’aurez compris, je me suis amusée à lire ce troisième volume, vraiment vraiment amusée… Les allusions littéraires sont foison (on a beaucoup attendu Godot d’ailleurs), l’humour est au rendez-vous, le fantastique aussi…

Vivement la suite…

Saga

23 juin 2010

de Tonino Benacquista

Saga Tonino Benacquista

Comme les trois mousquetaires, ils sont quatre, embarqués dans une drôle d’aventure : écrire le scénario d’un feuilleton télévisé destiné à occuper l’antenne pendant les heures creuses de la nuit. Peu importe l’histoire puisque personne ne la regardera, la saga n’obéit qu’à un seul critère : coûter le moins cher possible en décors, acteurs et tournage. Et les quatre scénaristes, que tout sépare, ont été recrutés pour leur seul point commun : ils n’ont pas les moyens d’être exigeants. Marco, le narrateur, est quasiment prêt à travailler gratuitement, Jérôme, le plus jeune, s’est déjà brûlé les ailes dans son rêve de conquérir Hollywood, Mathilde est une pisse-copie du roman sentimental, et Louis a connu son heure de gloire à Cinecittà mais il y a longtemps déjà. La rencontre des quatre auteurs va pourtant avoir des conséquences inattendues. Puisqu’ils ont toute liberté, à condition d’être économes, ils décident de se faire plaisir et se lancent dans une histoire qui non seulement aura un succès inattendu, mais transformera leur vie, et même, à certains égards, l’ordre du monde.

J’ai reçu ce livre en cadeau, il y a deux ans, alors que je ne connaissais pas du tout cet auteur. Depuis, j’ai dévoré tous les livres qui me tombaient sous la main… Il m’en reste encore quelques uns  à découvrir mais pour l’heure, j’ai relu celui-ci, que j’ai trouvé toujours aussi savoureux…

Une histoire très originale d’une chaine de télé française qui recrute 4 scénaristes « ratés » pour écrire une série de 80 épisodes destinée à être diffusée la nuit. Aucun besoin que la série soit de qualité, il faut juste qu’elle existe et soit diffusée (sombre histoire de quota d’émissions françaises… la chaine peut diffuser ses merdes américaines mais pour garder son quota, il lui faut une série française…)
Bref les 4 ont carte blanche… Contre toute attente, la série Saga a un succès fou… ce qui crée bien entendu des situations totalement inattendues !

Le livre est écrit à quatre voix. Chacun des scénaristes prend la parole à tour de rôle. J’aime le rythme que ce style d’écriture donne à la trame.

C’est un bouquin que je vous conseille, plein d’humour mais aussi plein d’ironie et de vérités sur un monde de la télé qui est bien impitoyable…

On peut se poser pas mal de questions…
J’ai beaucoup aimé la première fois et j’ai eu beaucoup de plaisir à le relire !

Et j’ai ressorti en même temps que celui-ci « Quelqu »un d’autre », que je vais relire de ce pas 😉

Délivrez-moi !

12 juin 2010

de Jasper Fforde

Délivrez-moi ! Jasper Fforde

Thursday Next, détective littéraire et agent des OpSpecs, est de retour! Après être entrée dans l’intrigue du roman Jane Eyre, elle bénéficie d’un repos bien mérité. Elle a aussi retrouvé l’homme de ses rêves, Landen, et comme un bonheur n’arrive jamais seul, la voilà enceinte! Seulement, la corporation Goliath ne l’entend pas de cette oreille, et pour la contraindre à libérer le criminel qu’elle a enfermé dans un poème de Poe, le groupe tout-puissant fait éradiquer son mari de la réalité! Seule Thursday se souvient que Landen a un jour existé… Et le portail de la prose ayant disparu, elle doit subir un entraînement spécial à la Jurifiction – la police interne des livres – avant de pouvoir reprendre ses voyages à l’intérieur des chefs-d’œuvre de la littérature.

Je viens de littéralement avaler le tome 2 des aventures de Thursday Next. Après l’affaire Jane Eyre, Thursday est à nouveau aux prises avec Goliath, qui a trouvé le moyen de pression idéal : éradiquer son mari ! Ce qui ne l’empêche pas d’être enceinte des œuvres de ce même mari, pourtant disparu à l’âge de 2 ans… Vous l’aurez donc deviné, nous sommes toujours dans un monde totalement farfelu, où les mammouths sont clonés et espèce protégée, où certaines personnes peuvent aller et venir dans les livres et se NDBDP-phonent d’une histoire à l’autre… (NDBDP= Note De Bas De Page ;))

Amateurs d’absurde et d’abracadabrant, foncez, vous ne le regretterez pas…

En ce qui concerne l’enquête de Thursday, soyons honnête… Ce n’est pas la meilleure, elle aurait pu gagner en épaisseur… Mais ce n’est pas le plus important, loin s’en faut. Ce monde parallèle est fabuleux et hilarant… Les personnages sont toujours aussi loufoques et géniaux. On se balade de livre en livre et j’adore ces anecdotes mettant en scène les personnages littéraires… Mention spéciale pour moi pour la présence de Mrs Havisham, toute droit sortie Des Grandes Espérances, un de mes livres d’enfance préférés… que j’ai relu il n’y a pas si longtemps, d’ailleurs… petit aperçu ici).

Bref, je continuerai de suivre la série de Jasper Fforde, pour la beauté de l’univers qu’il a créé !!!

Un homme trop charmant

28 avril 2010

de Marian Keyes

Un homme trop charmant Marian Keyes
Toutes les femmes de Dublin ont rêvé de lui passer la bague au doigt, mais Paddy de Courcy n’est plus un cœur à prendre. L’heureuse élue ? Alicia Thorton, qui n’a pas l’air au courant des jalousies qu’elle suscite…
Lola, d’abord, la fiancée officieuse, qui se persuade d’un malentendu même si ses espoirs s’amenuisent au fil du temps.
Marnie, ensuite, mère de deux enfants, nostalgique de son premier amour, éternelle insatisfaite.
Et enfin Grace, sœur jumelle de Marnie et journaliste, qui a bien l’intention d’utiliser quelques détails croustillants sur ce politicien en vogue…
Elles se l’arrachent toutes, mais qui est donc Paddy, ce beau parti qui a tout du Prince Charmant ?
Petite lecture sympa pour « rosir » les idées noires qui commençaient à s’agglutiner dans ma tête.
Et ça a marché.
Ce livre est plutôt une bonne surprise… Je l’ai pris comme je prends les livres de chick-lit… pour me détendre… Mais il est en fait un peu plus que ça…
C’est une comédie par beaucoup de côté, mais il ne traite pas de sujets si anodins que ça… et c’est ce qui le rend bien plus intéressant que les autres à mon avis. Ce qui caractérise la chick-lit la plupart du temps, c’est l’abondance de clichés sur le mode de fonctionnement féminin (angoisses à la pelle, une ou deux obsessions – du type son apparence ou le shopping -, en guerre contre une partie ou toute la famille, une ribambelle d’amis tous plus branchés les uns que les autres)… Si certains de ces ingrédients sont effectivement présents dans ce livre, il va cependant beaucoup plus loin.
Certains moments sont très émouvants, d’autres passages prennent aux tripes mais on revient très rapidement à la comédie. C’est finalement assez profond.
Comme toujours, j’aime la découpe à plusieurs narrateurs, c’est vraiment uns structure qui me convient. Dans l’édition que j’ai lue (Pocket), ils ont trouvé un moyen rigolo de mettre encore plus en évidence le changement de narrateur : la police de caractères change !
Petit à petit, chacune des narratrices révêle des pans de son passé. Les liens entre elles sont mis à jour et on s’attache à elles et à leurs histoires. Le dénouement est gentil et sans surprise, mais ce n’est pas si garve que ça…
Je n’ai pas pu me détacher de ce livre et l’ai lu quasiment d’une traite… La prochaine fois que j’ai un coup de blues, je repenserai à Maria Keyes !

Voyage avec ma tante

13 avril 2010

de Graham Greene

Henry Pulling, banquier à la retraite, amateur de poésie lyrique et de jardinage, mène une paisible existence dans sa petite maison de banlieue. Bien ancré dans ses habitudes, il refuse obstinément la moindre interférence dans le courant de sa vie de célibataire. C’est compter sans l’irruption de sa tante Augusta, une femme excentrique de soixante-dix ans, charmante et volage, qui décide d’ouvrir les yeux de son neveu sur un monde résolument autre. Et celui de tante Augusta est sans tabous ni limites, entourée qu’elle fut d’hommes surprenants comme le révérend d’une église pour chiens ou M. Visconti, le grand amour de sa vie. Les voilà donc partis dans un tourbillon de voyages qui leur réserve bien des surprises.

Je découvre Graham Greene avec ce livre… Et pourtant ce n’est pas faute de ne pas l’avoir eu sous les yeux… Mon père est visiblement un fan et en a une cargaison, en vo.

Bon tant pis pour moi, maintenant il est un peu loin pour que je les pique… Je vais devoir me les procurer autrement…

On suit donc Henry, vieux garçon sans histoire, du moins jusqu’au décès de sa mère… Le jour des funérailles, il rencontre sa tante, soeur de sa mère… Personnage haut en couleur, plein de vie, elle semble atterrée de voir le type de vie que Henry a « choisi » et est bien décidée à tout bousculer… Et ça marche… Notre gentil Henry est bien bousculé…

J’ai adoré l’humour bien anglais de ce livre, les situations dans lesquelles se retrouvent notre brave homme, la vie farfelue et pleine d’aventures de la tante, les personnages secondaires apparaissant au cours des voyages (Tooley père et fille, Wordsworth…). La tante Augusta est fabuleuse et Henry se défend plutôt bien.

Je regrette de ne pas l’avoir lu en vo et dans tous les cas, je vous le conseille.. Vous passerez un excellent moment…