Posts Tagged ‘phobie’

Agônia

3 avril 2012

de Thierry Serfaty

Le Maître du Fight, un dangereux psychopathe, ne fera plus de victimes dans l’Institut de soins pour enfants phobiques. Erick Flamand et sa femme, Laura, qui l’ont neutralisé, n’ont qu’un tort : s’en réjouir, et croire que leur nièce Léa y sera en sécurité… Quand un disciple dépasse son maître sur l’échelle du mal, et que les pièges se referment sur lui, Erick n’a plus le choix : pour terrasser le monstre, il va devoir se battre sur tous les fronts… jusqu’à défier ses propres démons.

Troisième roman d’un cycle sur la manipulation mentale, Agônia apporte quelques explications aux questions que le lecteur avait pu se poser au cours des deux premières enquêtes. Mais laisse aussi à la place à un fort probable quatrième 🙂

J’avais vraiment aimé les deux premiers tomes de ce cycle, La nuit interdite et Peur. Nous sommes toujours dans le registre de la phobie, et l’enquête que l’on croyait résolue ne l’est pas ! Le Maître a des disciples qui prennent sa relève et laissent présager de nouvelles victimes dans des circonstances aussi horribles que précédemment.

Depuis le début du cycle, je me suis attachée aux deux personnages principaux : Erik Flamand et sa femme Laura, mais aussi à certains personnages secondaires. J’ai eu plaisir à les retrouver dans ma lecture et à en apprendre encore d’avantage sur eux.  Laura et Marina notamment sont un peu plus fouillées et de manière intéressante. Erik nous laisse toujours sur notre faim, bien que plusieurs faits soient dévoilés. Le grand absent est Laurent qui fait figure de marionnette à mon grand regret.

Mon premier bémol vient cette fois-ci de certaines descriptions notamment des caractéristiques physiques de Laura. On aura bien compris depuis La nuit interdite qu’elle est d’une grande beauté, et c’est okay 🙂 Mais il me semble que mentionner toujours et encore l’étonnement de son entourage devant tant de beauté devient un peu lassant… J’aurais préféré voir développer le côté intérieur encore plus, car elle n’est pas juste belle Laura…Elle porte pas mal de complexités en elle, qui sont plutôt prometteuses pour ce type d’intrigues…

Mon second bémol vient du dénouement un peu rapide cette fois-ci…Si la teneur des rebondissements est intéressante et apporte vraiment un plus à l’intrigue, je suis restée sur ma faim quant à la facilité avec laquelle l’un des derniers arrive (impossible d’en parler sans dévoiler bien trop 🙂 ).

Dans l’ensemble, je reste vraiment contente de ces enquêtes, et espère que Erik et Laura reviendront pour clore ce cycle prochainement.

Ah oui, et puis je viens de découvrir tout à fait par hasard que Thierry Serfaty est en fait l’auteur de Oskar Pill, une série jeunesse qu’il écrit sous le nom de Eli Anderson. Je sais ce qui me reste à faire 😀 😀

Publicités

Peur

29 octobre 2010

de Thierry Serfaty

Peur Thierry Serfaty

Pourquoi un jeune gardien de zoo s’est-il offert en pâture à des fauves affamés ? Qu’est ce qui a poussé une jeune femme ayant peur du vide à se jeter du haut d’une tour de 39 étages ? Et qui les photographie au moment où ils affrontent la mort, visages tournés vers l’objectif avec un regard d’acceptation et de ravissement ? Obsédé par ces questions, le commissaire Erick Flamand se lance dans une enquête qui le mènera au coeur des méandres de la folie humaine…

J’ai découvert Thierry Serfaty avec le Sang des Sirènes, puis ai récidivé avec La nuit interdite, dont j’ai parlé dans ce blog, ici. Bon, on l’aura compris, j’ai aimé et continué 😉

Peur… fait peur… AAAaaarrff, pas pu m’empêcher… mais il faut m’excuser… besoin d’évacuer la tension… Il faut dire que pas bien maline, j’ai entamé ce bouquin hier soir… ai eu les tripes complètement prises et n’ai pas pu m’en détacher de la nuit puis de la journée…

Ce livre se pose en suite de la Nuit Interdite, 6 ans plus tard. Il reprend les personnages qui menaient l’enquête, à savoir Laura et Erik, maintenant mariés, mais aussi certains personnages secondaires, tels que Marina, Éva et Laurent. J’ai trouvé intéressants de suivre, non seulement les enquêteurs, mais aussi certains des protagonistes du premier drame.

La première enquête se passait dans le monde du sommeil, dévoilait les risques psychologiques pouvant apparaître avec le manque de sommeil… Le personnage de Erik, le commissaire, s’était révélé complexe, plein de drames intérieurs qu’on ne pouvait alors que soupçonner.

Dans ce nouveau volume, nous en découvrons plus sur lui, voyons également évoluer Laura et Marina.

Il est cette fois-ci question de peur, de phobies tellement fortes qu’elles empêchent les enfants et adultes qui en souffrent de vivre normalement. Mais quelqu’un semble avoir trouvé le moyen de supprimer ces phobies, de supprimer si complètement la peur qu’ils en meurent !

L’enquête se passe en partie à Paris où les meurtres ont lieu et en Provence où se trouvent l’Institut où l’on tente de traiter les enfants phobiques…

Le rythme est relativement soutenu malgré un ralentissement en milieu qui m’a décontenancée un moment.

Je suis définitivement conquise par cet auteur et par ce cycle, qui ne s’arrête pas là… mais j’aurai aimé un peu plus de corps dans les descriptions des phobies que le commissaire porte en lui… de la même façon que j’aurais souhaité comprendre un peu plus où en est Laurent. Il me semble que ces deux points notamment auraient été très positifs pour l’intrigue.

J’attends avec impatience de suivre la suite de cette intrigue dans Agonia… et je découvrirai avec plaisir les autres livres de Serfaty… J’en ai d’ores et déjà un en stock… Si je pouvais juste éviter de le démarrer en pleine nuit 😉